vendredi 28 janvier 2011

LA BRIGADE CHIMÉRIQUE : LIVRE TROIS


LA BRIGADE CHIMÉRIQUE : LIVRE TROIS
EPISODE QUATRE : L’HOMME CASSÉ
EPISODE CINQ : BON ANNIVERSAIRE DR SEVERAC !

Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à rayons X. Ils ont pris le contrôle des grandes capitales européennes. Par-delà le bien et le mal. Les feuilletonistes ont fait d'eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence. À l’Est, le Docteur Mabuse impose peu à peu son règne de terreur, sous couvert de progrès scientifiques. À Paris, un homme aux pouvoirs mystérieux enquête sur sa vraie nature, aidé en cela par les époux Joliot-Curie. Il va découvrir qu’il porte en lui la Brigade chimérique, légendaire protectrice de la France, qui va devoir reprendre du service.

Ah ! Ah ! Enfin, l’attente aura été longue mais je l’ai finalement acquise l’intégralité de cette superbe saga qu’est La brigade chimérique ! La paye tombe, direction La Fnac et hop, je sors la carte bleue ! Oui bon, en fait, j’exagère un petit peu, probablement mes origines latines qui reviennent en force, car pour ce qui est de l’attente, celle-ci pourra se quantifier a… hum, disons environ deux semaines. Vous voyez, ca ne fait pas grand-chose. Et pourtant. Oui, ces quelques jours m’auront paru de longs mois, des années, presque des siècles tant ma hâte de découvrir la suite de la série était intense. Et oui, je suis ainsi, on dirait presque un enfant qui n’en peux plus d’attendre le jour de Noël pour enfin avoir ses cadeaux (et s’apercevoir avec désespoir que ce fichu Père Noël ne lui a pas offert ce qu’il avait demandé), mais bon, je l’assume totalement, et puis, quelque part, a ma décharge, disons que si une bande dessinée méritait un tel enthousiasme, c’était bel et bien La brigade chimérique, probablement l’une des œuvres les plus intéressantes, rafraîchissantes et captivantes de ces derniers mois !

Voilà donc le troisième tome de la saga de Serge Lehman et Fabrice Colin, composé des épisodes quatre et cinq de la série, et sincèrement, tout ce que j’ai put dire précédemment est, non seulement toujours valable une fois de plus, mais l’intérêt de l’histoire, déjà fortement élevé s’en trouve sublimé, ce qui était une gageure a la base. Arrivé là, je ne peux m’empêcher de me poser la question suivante : suis-je vraiment objectif ? Sincèrement, je sais pertinemment que j’ai bien souvent tendance à m’emballer un peu trop rapidement, quitte a, le temps aidant, revenir un peu sur mon jugement premier. Pourtant, dans le cas présent, je ne pense pas me tromper avec cette BD ; le coté comics, même si celui-ci ne m’attire plus comme cela put l’être autrefois n’est pas un élément négligeable, ensuite, et détail essentiel a la saga, le fait que l’intrigue se déroule en Europe, a une période historique que je connais assez bien et qui m’attire depuis longtemps est un autre bon point, et comme en plus, le fait d’utiliser a la fois des personnages réels et d’autres issus du folklore du vieux continent, même si depuis tomber dans un oubli total, mais tout de même intriguant, ne peut être écarté de l’intérêt que je peut porter a la série. En fait, tous ces éléments, je les aime, et quelque part, comme a put le dire dans diverses interviews Serge Lehman, cette fameuse question – que sont devenus les super héros européens – me trottait dans la tête depuis des années et méritait qu’un jour, quelqu’un s’y attelle. D’où mon enthousiasme pour La brigade chimérique des que j’ai su de quoi il en retournait, ainsi que mon empressement quasi enfantin à me procurer la série rapidement (en temps normal, il m’arrive de me maitriser quand même), et comme, élément le plus important, la qualité est en rendez vous, et pas qu’un peu, alors oui, pour répondre a mon interrogation précédente, je pense être objectif, peut être pas a cent pour cent, mais suffisamment en tout cas pour juger cette série.

Je disais un peu plus haut que ce troisième tome venait sublimer ses prédécesseurs, pourquoi donc ? Tout simplement parce que, après nous avoir laissé, a l’issu du deuxième volume, suspendu a un Docteur Severac qui se souvenait enfin de tout, le lecteur, forcement, n’attendait qu’une seule chose : des explications quand a cette fameuse Brigade que l’on surnomme chimérique. Et des réponses, on va en avoir, à foisons qui plus est. En fait, les deux épisodes proposés, L’homme cassé et Bon anniversaire Dr Severac ne servent qu’à ca : éclaircir le mystère qui lie Severac aux quatre entités qui composent la Brigade, bien entendu, mais aussi, nous en apprendre plus sur les agissements de Marie Curie avec celui-ci, sans oublier de commencer à donner quelques réponses aux interrogations que l’on pouvait avoir vis-à-vis de personnages comme George Spad, par exemple, et leurs motivations réelles. Mais rassurez vous, tout n’est pas expliquer, il reste encore quelques zones d’ombre, comme il fallait s’y attendre, mais quoi qu’il en soit, désormais, on va finalement entrer dans le vif du sujet : les trois premiers volumes tendaient vers ce but, mettre les protagonistes en scène, les motivations de chacun, et relancer la Brigade chimérique, de retour une bonne fois pour toutes. Désormais, il reste trois tomes pour la suite ; un combat entre les « bons » (quoi qu’il y a beaucoup à redire quant au comportement de pas mal d’entre eux) et les méchants personnifiés par le Docteur Mabuse ? Et surtout, en venir au fait : pourquoi n’y a-t-il plus de super héros européens ?

Arrivé à ce stade de la série, je pourrais presque me dire que La brigade chimérique est presque composée de deux cycles, dont le premier viendrait de s’achever. Bien évidement, il faut que je lise l’ensemble pour me faire une idée plus juste mais quoi qu’il en soit, une fois de plus devrais-je ajouter, je suis stupéfait par la valeur intrinsèque de cette bande dessinée. En toute sincérité, ce n’est pas tous les jours qu’une œuvre me procure autant de satisfaction et je ne me lasse pas de le dire et le redire. Valant surtout pour ses nombreuses révélations et les interrogations sous adjacentes qui y sont liées (bigre, on en vient a Jung et rien que cette idée me plait !), ce troisième tome des Brigades chimériques m’aura également rappelé, surtout dans l’épisode cinq, Bon anniversaire Dr Severac, lors du combat contre l’entité extraterrestre, ce qu’est un bon comics : forcement héroïque, a la fois simple et compliquer, des personnages charismatiques en diable et une intrigue à couper le souffle. Bref, ces quelques pages, m’ont replongé un moment des décennies en arrière, quand je dévorais encore quotidiennement des comics US et que parfois, au milieu de la masse souvent insipide, il y avait de sacrées bonnes histoires qui méritaient le détour.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...