dimanche 24 avril 2011

LE SORCIER DE LA MONTAGNE DE FEU


LE SORCIER DE LA MONTAGNE DE FEU

C’est au plus profond des labyrinthes de l’inquiétante Montagne de Feu, que se cache un redoutable Sorcier, gardien d’immenses trésors… si toutefois on en croit la rumeur, car de nombreux aventuriers ont pénétré dans les grottes de la Montagne, et nul n’en est jamais revenu. VOUS avez décidé, à votre tour, de tenter l’aventure. Mais êtes-vous bien conscient des périls qui vous guettent ? Deux dés, un crayon et une gomme sont les seuls accessoires dont vous aurez besoin pour vivre cette aventure. VOUS seul déciderez de la route à suivre, des risques à courir et des créatures à combattre. Bonne chance…


Le Sorcier de la Montagne de Feu
Série : Défis Fantastiques n°1
Auteur : Steve Jackson et Ian Livingstone
Illustration de la couverture : Peter Jones
Illustrations intérieures : Russ Nicholson
Titre original : The Warlock of the Firetop Mountain
Traduction : Camille Fabien
Année de l’édition Anglaise : 1982
Sortie de l'édition Française : janvier 1985
Edition Française : Editions Gallimard (Folio Junior)
Nombre de paragraphes : 400

Mon avis : Si Le Seigneur des Anneaux fut incontestablement le roman qui me fit découvrir la littérature de l’imaginaire, a la même époque, c’est-à-dire, dans les années 80, un autre média, aujourd’hui tomber en désuétude, fit pour beaucoup pour mon gout pour la Fantasy ; celui-ci, les livres-jeux ou livres dont vous êtes les héros, connaissait alors un immense succès et nombreux furent ceux de ma génération qui, avant de passer aux jeux de rôles puis aux jeux vidéos, débutèrent par ces fameux LDVELH comme ils étaient alors connus. Et parmi ceux-ci, autant commencer par le commencement, qui n’a jamais entendu parler du célèbre Sorcier de la Montagne de Feu ? Devenu culte depuis bientôt trente ans, ce livre-jeu doit sa célébrité au fait qu’il s’agit tout bonnement du tout premier Livre dont vous êtes le héros, enfin, pas tout a fait exactement puisque le genre existait déjà auparavant, mais le premier, a coup sur, de la série qui fit la gloire de ceux-ci par la suite, les Défis Fantastiques. Novateur par sa taille – 400 paragraphes, jamais un livre-jeu n’avait été aussi long – par le fait qu’il ait été écrit à quatre mains – les fondateurs Steve Jackson et Ian Livingstone – mais aussi par son concept, fortement inspiré du jeu de rôle en beaucoup plus simple et où il fallait déterminer trois caractéristiques pour son personnage par le biais de lancés de dés, ceux-ci étant utiles tout au long de la partie a venir. Forcement, ce fut un coup de tonnerre en cette belle année 1982 et assez rapidement, d’abord en Grande Bretagne puis dans bien d’autres pays, Le Sorcier de la Montagne de feu explosa des records de vente et lança un genre, les LDVELH, qui marqua toute une génération. Ainsi, pour son coté historique indéniable, je ne pouvais pas, après vous avoir proposé quelques critiques des œuvres de Tolkien, aborder à présent un genre qui m’aura indéniablement marqué. Cependant, si l’on met de coté le coté historique du Sorcier de la montagne de feu, que peut on dire, en 2015, de celui-ci ? Car bon, comment dire, disons que des Livres dont vous êtes le héros, il y en a eu des tonnes après lui, et des excellents par-dessus le marché ; et puis, il y a aussi le facteur temps, non négligeable qui fait que, du haut de mes quarante ans, je n’ai plus le même regard envers ce livre qu’a quatorze ans. Tout d’abord, je dois reconnaître que j’ai été agréablement surpris en le refaisant et que j’y aie même pris un plaisir certain, car, sans être un chef d’œuvre absolu, loin de la, Le Sorcier de la Montagne de feu n’en est pas moins un bon Défis Fantastique, même si certains ont put le dénigrer avec le temps. Premier du genre, il était évidant que l’habitué des LDVELH, qui en a connu d’autres, repère immédiatement les défauts et les imperfections propices, et normales finalement, de ce qui est, il faut l’admettre, un coup d’essai. Mais pour une première, disons que les compères Jackson et Livingstone s’en sortent plutôt bien dans l’exercice toujours périlleux de l’écriture a deux mains. Bien évidement, les deux auteurs feront beaucoup mieux par la suite, mais tout de même, si Le Sorcier de la Montagne de feu a, encore aujourd’hui, garder son coté culte, ce n’est pas uniquement du a son coté historique… même si celui-ci y est aussi pour quelque chose. La première partie est l’œuvre d’Ian Livingstone, et, contrairement à ce que celui-ci nous offrira par la suite, ce n’est pas un one-true-path, ce qui signifie que l’on n’est pas obliger de se taper trente six essais pour trouver le seul et unique chemin possible pour finir le bouquin ; certains en sont friands, d’autres non, personnellement, je ne suis pas contre mais a petites doses seulement. Cependant, même ainsi, il ne faut pas se leurrer, tout cela reste bien linéaire et après une courte et pas franchement originale introduction, le héros, bref, nous, sorti de nulle part, s’en part pour la fameuse Montagne de feu afin de se taper le fabuleux trésor du maitre des lieux, un certain Zagor, apparemment un sorcier aux pouvoirs incommensurables. Rien de bien enthousiasmant, surtout que d’autres LDVELH, par la suite, proposeront des scénarios bien plus originaux et novateurs, mais bon, n’oublions pas qu’il s’agit du tout premier d’un genre qui évoluera par la suite. Autre chose, et petit détail à signaler, Zagor n’est absolument pas présenter comme étant un adepte absolu du mal (comme cela sera bien trop souvent le cas par la suite), c’est juste un sorcier qui vit dans sa montagne. Bref, on part a l’aventure et cette première partie, donc, est loin d’être difficile, les ennemis sont assez faibles, il n’y a pas a ma connaissance de risque de mort subite et l’aventure se déroule a un rythme tranquille, sans grand danger. Sur ce point, aussi, Livingstone rectifiera vite le tir par la suite. Et puis, finalement, on franchit une rivière… Une fois arriver de l’autre coté, c’est autour de Steve Jackson de prendre le relais, et la, franchement, la difficulté monte d’un ton. Oh, rien de bien exceptionnel en soit mais force est de constater que les ennemis rencontrés sont bien plus dangereux mais ce qui marquera surtout les esprits, c’est le fameux labyrinthe de Zagor, dédalle inextricable qui posera bien des problèmes, et ce, même avec une carte. A ce propos, une petite anecdote : étant un peu réfractaire a l’utilisation de plans (par flemme), j’étais littéralement paumé hier soir, tournant en rond pendant je ne sais combien de temps avant de me décider de faire un plan ; franchement, sans lui, j’y serais encore. Mais une fois le labyrinthe franchis, le lecteur est quasiment arrivé au bout de son périple et la encore, malgré la puissance des derniers adversaires proposés – le dragon et Zagor – si l’on possède les bons objets, on peut carrément éviter les combats et terrasser ceux-ci d’un coup, ce qui facilite encore l’aventure en elle-même. Mais alors, a nous les richesses de Zagor ? En fait, pas tout a fait car une fois arrivé devant le coffre au trésor, on s’aperçoit qu’il nous faut trois clefs, et que l’on peut en trouver six tout au long de notre parcours dans la montagne… sauf que trois sont un leurre. Alors, gare si l’on n’a pas les bonnes car du coup, on ne peut terminer l’aventure. Finalement, ca serait peut être bien un one-true-path alors ? Pas un de la mort qui tue mais tout de même… Quoi qu’il en soit, je me suis pointer avec quatre clefs et au bout de trois essais, a moi les richesses de Zagor et la curieuse possibilité offerte par les auteurs que l’on puisse choisir de demeurer dans la montagne et de devenir le nouveau maitre de celle-ci. Finalement, pour un coup d’essai, Le Sorcier de la Montagne de feu s’en sort plutôt bien selon moi. Ce n’est bien évidement pas un chef d’œuvre équivalent a son importance historique, d’ailleurs, ce n’est pas un chef d’œuvre tout court, cependant, force est de constater que malgré tout, Steve Jackson et Ian Livingstone, malgré quelques imperfections, s’en sortent assez bien et ont sut nous proposer une aventure, certes pas très difficile, certes pas franchement originale, mais assez agréable en soit. La suite des LDVELH sera bien évidement d’une toute autre qualité mais quoi qu’il en soit, pour son coté historique mais aussi parce que, après tout, ce n’est pas un mauvais livre, comme ont put le dire un peu hâtivement certains, Le Sorcier de la Montagne de feu, mérite que tout amateur du genre s’y attarde.


Points Positifs :
- Indéniablement, il y a le coté historique de la chose puisque Le Sorcier de la Montagne de Feu est bien entendu le tout premier Livre dont vous êtes le héros. Ajoutons a cela le coté nostalgique pour les vieux de la vieille.
- Un concept génial pour l’époque et qui accouchera de véritables chef d’œuvres par la suite.
- Pour un coup d’essai, force est de constater que les deux auteurs, Steve Jackson et Ian Livingston se débrouillent fort bien : le premier offre une seconde partie tout simplement diabolique (le labyrinthe) tandis que le second n’est pas encore tombé dans ses travers.
- Les illustrations de Russ Nicholson.

Points Négatifs :
- Bien évidement, pour les amateurs du genre, force est de constater que le genre offrira des titres de bien meilleure qualité et plus originaux par la suite.
- Le scénario est d’une simplicité affligeante : un sorcier vit dans une montagne, on décide d’aller le tuer afin de voler son trésor et, au passage, on butte quelques monstres en avançant dans des couloirs et en ouvrant des portes.
- Dès ce premier volet, les défauts des Défis Fantastiques se font jour et oui, mieux vaut partir avec des caractéristiques assez élevées pour parvenir au but ; de plus, pourquoi ne peut-on jamais faire demi-tour ?
- Mouais, le coup des clefs à trouver a la fin, c’est un peu frustrant si on n’a pas trouver les bonnes en chemin.
- En faisant un plan, la partie du labyrinthe peut être intéressante mais si vous ne le faites pas, vous allez tourner en rond pendant des heures ; vous voilà prévenus…

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...