vendredi 22 avril 2011

LOW



LOW

David Bowie (1977)

1- Speed of Life (Bowie) – 2:46
2- Breaking Glass (Bowie, Davis, Murray) – 1:51
3- What in the World (Bowie) – 2:23
4- Sound and Vision (Bowie) – 3:03
5- Always Crashing in the Same Car (Bowie) – 3:29
6- Be My Wife (Bowie) – 2:55
7- A New Career in a New Town (Bowie) – 2:51
8- Warszawa (Bowie, Eno) – 6:20
9- Art Decade (Bowie, Eno) – 3:43
10- Weeping Wall (Bowie) – 3:26
11- Subterraneans (Bowie) – 5:39

Attention, la, je m’attaque a du lourd, du très lourd, car a mes yeux, et depuis la toute première fois où j’ai écouté cet album dans son intégralité, je considère que Low est tout simplement le plus grand disque de David Bowie. Voilà, la chose est dite, l’affirmation est posée ; c’est mon avis depuis près de seize ans et même si le mince Duc blanc a sut nous offrir bien d’autres chefs d’œuvres tout au long de sa carrière, selon moi, Low est au dessus de tout les autres car avec Low, Bowie réalise le chef-d’œuvre auquel on ne s'attendait pas vraiment. Après l'excellent Station to Station – lui aussi, l’un de mes préférés – dont la qualité instrumentale et vocale renouait avec l'âge d'or du glam – mais qui ne plut pas franchement a sa maison de disques –, l’artiste s'engouffra alors dans la brèche allemande la plus avant-gardiste, histoire de bouleverser et le rock et son style. Rien que ça! Et pour cela, après les errances destructrices américaines, la starisation a l’extrême et la folie qui ne rodait pas très loin, voilà que Bowie, sortant de la torpeur où l’avait plonger un peu trop de poudre blanche, se met a rêver a nouveau d’Europe, de cinéma expressionniste et de groupes électroniques allemands (qui a dit Kraftwerk ?), et nous offre donc, avec son nouveau compère, l’ancien de Roxy Music, Brian Eno, magicien du son génial, le premier chapitre de ce que l’on surnommera par la suite la fameuse trilogie berlinoise – ce qui est amusant, c’est que seul Heroes fut enregistrer véritablement a Berlin, mais bon – débutant donc avec ce curieux album, Low, avec cette pochette où l’on voit Bowie de profil – photo tirée du, comment dire, moyen L’homme qui venait d’ailleurs – sur un fond orangé du plus bel effet. Mais plus que la pochette, depuis longtemps devenue culte, ce qui choqua a l’époque, ce fut, bien entendu, le contenu.

Ame froide dans un corps en fièvre, pour moult raisons, Bowie était déjà l’inventeur de la new-wave avant même que celle-ci n’ai un nom, et c’est donc avec Low que celui-ci et Brian Eno vont inventer la musique des dix ans qui suivirent. Car ce chef d’œuvre absolu, encore difficile d’accès pour le grand public de nos jours, et qui, bien évidement, ne se vendit guère lors de sa sortie, marqua indéniablement toute une époque mais aussi une évolution notable dans la carrière de David Bowie. Une fois n'est pas coutume, celui ci commence par un instrumental, genre qu'on retrouve sur près de la moitié de l'album avec autant d'audace que de bonheur. Le très animé Speed of life qui détonne par ses accords implacables de batterie, et constitue une chouette synthèse entre le funky le plus chaleureux et une veine plus froide à la Kraftwerk, et dès ce premier titre, tout est dit ou presque car il y a un avant Low et un après. La première face de l’album, constituée de petites mélodies dansantes et acérées, des sortes de morceaux de folk urbain sur lequel un Bowie plus immatériel que jamais pose une voix atone et un regard désenchanté. Et après Speed of Life, donc, ode instrumentale au mouvement, le héros explique a une petite amie qu’il ne touche jamais (elle a un problème) qu’il vient de briser du verre dans sa chambre a nouveau et fait pousser quelque chose d’horrible sur sa moquette – Breaking Glass – et quand il quitte la chambre bleu électrique aux stores métalliques de sa tour de verre, après avoir attendu la visitation du son et de la vision - Sound and Vision -, c’est pour s’accidenter dans la même voiture non sans avoir vu un instant l’essence ramper et s’être demander si – au hasard d’une de ses errances dépersonalisantes – c’est bien son pied qui a presser la pédale - Always Crashing in the Same Car – .L’homme-machine finira alors par se ranger et demande enfin une femme en mariage – Be My Wife – et s’apprête a vivre une nouvelle carrière dans une nouvelle ville - A New Career in a New Town – dans un nouveau instrumental qui clôt la première face. Assez étonnant au demeurant, la première partie de l’album, tranche radicalement avec tout ce que Bowie avait fait jusque là, mais ces morceaux sont tous de petits bijoux, où la guitare aiguë mais saturée tranche sur des nappes de synthés new wave et des lignes de basse ronflantes et dansantes. Etonnant donc, choquant pour certains aussi, mais c'est tout de même la partie la plus abordable de l'album.

Car pourtant... Pourtant, après ces morceaux dignes du génie de Bowie, la partie de bravoure se dévoile enfin. Suite magique d'instrumentaux, parfois accompagnés d'une voix aux accents incantatoires, et leurs froides harmonies réchauffées par le souffle grandiose des arrangements signés Eno/Bowie. A New Career In A New Town, trait d’union entre les morceaux disons « pop » et le reste de l’album, fait embarquer dans un univers minimaliste, dépouillé même, mais où la moindre note trouve sa place dans les battements continus de la basse. Une traversée de mers inconnues qui se poursuit dans le très beau Warszawa, quoique peu facile d'accès, dense, lent, mais qui laisse découvrir au final une légèreté teintée d'une atmosphère japonisante (qu'on retrouve d'ailleurs dans Moss Garden sur Heroes). Les morceaux les plus déconcertants s'enchaînent, jusqu'au final sublime, Subterraneans, peut-être un des plus grands morceaux de Bowie avec son côté feutré, et puis ce saxophone langoureux, aux notes à l'agonie, aux échos sensuels...

Comment arriver à obtenir un son aussi sensible et épuré à partir de machines peu aptes à dégager autant d'émotions? Voilà au final la réponse géniale de Bowie, qui renouvelle au passage ce genre si complexe qu'est le rock : en s'appropriant des moyens techniques haut de gamme tout en évitant l'exercice de style. Car c'est une véritable invitation au voyage que constitue Low, dans un univers musical plein de formes et de couleurs, témoin d'une époque incendiée par le punk, et qui bientôt basculera dans une new-wave peu ou prou plaisante mais qui doit tant à cet album.

Ode anti-commercial, complètement géniale, qui, comme je vous le disais précédemment, ne se vendit guère, Low marqua son époque et toute une génération de musiciens qui s’en inspirèrent fortement par la suite. Mais le résultat, souvent imité mais jamais égalé, ne fut bien évidement pas a la hauteur. Quant a la maison de disque du Mince Duc Blanc, RCA, horrifiée par ce cauchemar climatisé en forme de disque de rock, elle proposera a Bowie de lui payer une nouvelle villa a Hollywood pour qu’il y écrive un nouveau Young Américains, mais il est trop tard, la révolution est en marche, la trilogie berlinoise se poursuivra, toujours avec Eno avec Heroes et Lodger, Iggy Pop, sous la houlette de son admirateur, s’apprête a sortir deux albums majeurs et Eno, lui, son sublime Before and After Science – tous ces disques plus ou moins sortis au même moment, avec les mêmes musiciens, étant très liés – et la new-wave s’apprête a conquérir le monde et renvoyer le punk et le disco aux oubliettes de l’histoire. Indéniablement, Low aura marqué bien évidement la carrière de David Bowie mais également l’histoire de la musique en général. Un très grand album, sans aucun doute, un peu méconnu du grand public pas forcement connaisseur de l’œuvre du britannique, pas très abordable – j’en conviens – mais inoubliable et exceptionnel pour tous ceux qui l’adorent, et j’en fais partie, et, quoi qu’il en soit, un monument de la musique expérimentale.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...