vendredi 12 avril 2013

TEMPLE RUN II



TEMPLE RUN II

Temple Run II propose la même intrigue et le même mode de commande que son prédécesseur, en introduisant cependant de nouveaux obstacles comme des tyroliennes, des pistes de mines, des virages plus serrés et des flammes de feu. Le jeu se déroule dans un nouvel lieu et voit le personnage principal se déplacer à un rythme plus rapide. Le jeu propose également de nouveaux bonus. Les trois singes qui poursuivaient le personnage dans le jeu original ont été supprimés et remplacés par un unique singe plus grand, devenant donc l'antagoniste de la partie.

Au fil des décennies, nul ne peut nier que le petit monde des jeux vidéo a su évoluer, gagnant de nouveaux adeptes de par le monde – la première Playstation faisant sortir celui-ci du monde des enfants et des hardcores gamers pour l’ouvrir à celui des adultes et du grand public – mais aussi et surtout, par le biais d’avancées technologiques de plus en plus importantes, atteindre des sommets, souvent d’un point de vue graphique, que ceux de ma génération auraient cru tout simplement impossible il y a de cela une vingtaine d’années. Et donc, alors que l’on commence à nous parler de la sortie prochaine de la Playstation 4 et de la X-BOX 720 (oh les noms…) et que, une nouvelle fois, comme c’est le cas lorsqu’arrive une nouvelle génération de consoles, on nous promets monts et merveilles, un curieux phénomène a lieu, et ce, depuis ses dernières années, un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur et qui, sans crier gare, mais aussi et surtout, sans qu’on ait put le prévoir, pourrait parfaitement entrainer le petit monde des jeux vidéo vers un avenir où les consoles de salon, aussi performantes soient-elles, ne tiendraient plus forcément la dragée haute, bien au contraire. Ce phénomène, vous l’avez probablement deviné, ce sont ces nombreux petits jeux que tout à chacun trouve sur son Smartphone, bien souvent gratuit par ailleurs, et qui, pour les meilleurs, sont tout bonnement téléchargés par millions. Et ces jeux que certains pourraient dédaigner de par leur simplicité apparente ou leurs graphismes d’un autre âge, deviennent aujourd’hui les nouveaux phénomènes de l’univers vidéoludique, car bon, soyons francs une petite minute : pour ce qui est des jeux de salons, les poids lourds actuels ne sont que d’énième suites de franchises qui se vendent bien depuis des années, mais pour ce qui est de la créativité, de la nouveauté mais aussi et surtout, des jeux qui, actuellement, on joue le plus, force est de constater que c’est du côté des Smartphones qu’il faut se tourner. Et ce n’est probablement qu’un début…


Il y a de cela un an et demi, environ, fin 2011, je vous avais déjà parlé rapidement du plus beau représentant de ces jeux que l’on trouve sur nos Smartphones : le cultissime Angry Birds, téléchargé depuis sa création a plus d’un milliards de fois ! Et si je n’ai jamais eu l’occasion de vous parler par la suite de ses multiples déclinaisons (manque de temps et d’envie), et de son portage sur… consoles (et oui), cela n’enlève rien au fait que ce petit jeu qui, à la base, partait d’un postulat de départ pour le moins simpliste en apparence, n’en est pas moins, au jour d’aujourd’hui, l’un des jeux les plus connus et surtout, jouer, au monde… et ce, avec des graphismes digne d’un autre âge – mais qui, il faut le reconnaitre, n’auraient pas dénoter sur la première Playstation. Une explication à cela ? En fait, et même si je suis loin d’etre un expert sur le sujet, je pense que vu l’importance que nos téléphones portables ont pris de nos jours, vu l’avancée technologique que ceux-ci ont connus en très peu de temps, vu que, sans exagération aucune, désormais, nous nous baladons quotidiennement avec un petit ordinateur de poche, il était normal que, si l’on peut effectuer des recherches sur Google, regarder des vidéos voir même la télévision, alors, jouer se devait d’aller de soi ; surtout que, depuis que les téléphones existent, des jeux étaient toujours disponibles… qui se souvient du diabolique Jeu du Serpent qui nous faisait passer le temps il y a une décennie ?! Mais aujourd’hui, et après ce très long préambule, c’est bien entendu d’un autre jeu dont je vais vous parler, d’un jeu au succès phénoménal : Temple Run II !

Allez, je ne vais pas y aller par quatre chemins, Temple Run II est le jeu sur Smartphone qui m’a le plus enthousiasmer depuis un certain… Angry Birds, rien que ça ! Et cela, je peux vous l’affirmer alors que je ne joue à celui-ci que depuis… mardi dernier ! Et oui, alors que Temple Run II est sorti sur Android en janvier dernier, ce n’est donc que très récemment que je l’ai découvert, étant même passé à côté de son prédécesseur, le premier Temple Run, que je connaissais mais que je n’avais jamais essayé jusqu’à ce que je le télécharge suite à son successeur – mais je pense ne pas me tromper en affirmant que je ne risque pas d’y jouer énormément vu que, comme le second est quasiment le même mais en mieux, je ne me vois pas me lancer dans le premier Temple Run… Mais ce qui est sûr, c’est qu’en quelques jours à peine, je suis devenu complètement accroc d’un jeu dont le concept, reconnaissons-le, est d’une simplicité peu commune : déjà, le scénario tient sur un timbre-poste avec un aventurier qui, après avoir dérobé une idole dans les ruines d’un temple, fuit à toute allure celui-ci tout en étant poursuivis par un singe géant qui porte un masque (plusieurs singes dans le premier) et qui veut lui faire la peau ! Et donc, le but du jeu est de courir, courir, amasser des pièces et éviter tous les obstacles qui se présentent sur la route : fosses, jets de flammes, arbres, falaises, rapides etc. Bref, comme vous l’avez compris, Temple Run II n’est qu’une simple course sans fin qui ne s’achève qu’a la mort de l’aventurier, car bon, comment dire, aussi bons soyez-vous, tôt ou tard, cela vous pend au nez. Et bien évidement, le chalenge avec ce genres de jeux, c’est de, parties en parties, faire de mieux en mieux, battre ses records et aller le plus loin possible. Dit ainsi, cela peut paraitre simpliste, et si ça l’ait, je ne le nie pas, et bien, disons que c’est très rapidement captivant et que, assez rapidement, on se surprend à enchainer les parties jusqu’à ce que la batterie de notre téléphone ne rende l’âme ! Alors, il y a bien des items qui peuvent nous aider si l’on trouve suffisamment de pièces pour se les procurer, et, pour les plus pressés qui souhaiteraient gaspiller leur argent, ils peuvent même en acheter, mais bon, dans ce genre de jeux, je ne vois pas trop l’intérêt de se procurer ce que l’on peut gagner à force de persévérance ?! Enfin bon, après, chacun agit comme il le souhaite…


Quoi qu’il en soit, il est indéniable que ce Temple Run II est un sacré bon jeu dans son genre, comme je les aime : sans prise de tête, captivant au possible, on en devient très rapidement accros au point de ne plus pouvoir le lâcher. Bien entendu, certains trouveront le concept plutôt répétitif et n’accrocherons pas vraiment, de même, l’on peut regretter qu’il n’y ait pas vraiment d’avancées notoires avec Temple Run, premier du nom – les graphismes sont certes plus beaux, il y a désormais des courbes et, grande nouveauté, il y a des passages dans une mine, mais le concept, lui, n’a pas changé d’un iota – mais dans l’ensemble, ce ne sont que des petits défauts mineurs et si vous êtes, comme moi, réceptifs à ce genre de jeux, alors, il est évidant que Temple Run II est fait pour vous ! Et puis, n’oublions pas que nous avons là un soft qui, graphiquement, est superbe et aurait eu sa place sur la première Playstation et qui surtout, est gratuit ! Mine de rien, à une époque où l’on se tape des jeux à 70 euros, ce n’est pas négligeable !

1 commentaire:

Bubblegum eklablog a dit…

C'est divinement bien écrit !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...