jeudi 31 octobre 2013

WW 2.2 – OPÉRATION FELIX


WW 2.2 – OPÉRATION FELIX

Gibraltar, tenu par les Anglais, est la clé de la Méditerranée. Les Allemands, qui ont convaincu les Espagnols d’entrer en guerre avec eux, mettent sur pied un plan d’attaque commun : l’Opération Felix. Une manœuvre tactique audacieuse qui prouvera le génie militaire allemand. Julius Kleeber, jeune et énigmatique capitaine allemand, reçoit l’ordre d’enquêter sur d’éventuelles trahisons, ses découvertes vont mettre au jour la terrible lutte de pouvoir que se livrent les dignitaires nazis pour prendre la tête du régime…


Il y a de cela quelques jours, je vous avais parlé sur ce blog du premier volume d’une énième Uchronie ayant pour trame principale, la Seconde Guerre Mondiale et sobrement appelée WW 2.2. Bien évidemment, cette période de l’Histoire étant une source inépuisable d’inspiration pour les auteurs, même si le parti pris de nous proposer une autre version de la Seconde Guerre Mondiale était tout sauf originale – il faut le reconnaître, a force, on commence à être habituer – le danger principal qui se posait n’était pas forcément une lassitude possible et parfaitement compréhensible devant un sujet maintes fois abordé mais davantage devant le fait, et c’est le modeste connaisseur qui parle, que dans ce genre de récits, le pire côtoie souvent le meilleur. Pourtant, malgré le fait que j’ai eu au cours de ma vie maintes occasions de découvrir des œuvres du même genre, appréciant énormément l’Uchronie ainsi que cette période de l’Histoire, j’ai tendance à être toujours partant quand débarque dans les rayons une nouvelle Uchronie sur la Seconde Guerre Mondiale. Après, comme je vous l’ai dit, entre enthousiasme et satisfaction, il y a un pas, pour ne pas dire un gouffre…


Et justement, comme je l’avais souligné lors de la critique du premier tome de la saga, La bataille de Paris, on ne peut pas vraiment dire que, question enthousiasme, j’ai été servis : certes, le postulat de départ – l’assassinat d’Adolf Hitler, une armée allemande bloquée dans sa guerre éclair par la pluie (sic) et la résistance des troupes françaises autour de la capitale – était pour le moins intéressant et fourmillait de bonnes idées, néanmoins, comme chacun sait, toutes les meilleures intentions du monde n’accouchent pas forcément au final d’une réussite et effectivement, ce premier album, à mon gout, en faisant la part belle aux états d’âmes et à la vie quotidienne de troufions français dans les rues de Paris, n’avait pas atteint son objectif, bien au contraire. Pourtant, tout n’avait pas été mauvais dans ce premier volume de WW 2.2 et ce fut donc avec un esprit toujours aussi curieux, certes un peu plus prudent mais néanmoins enthousiaste que je me lançais dans la lecture de ce second volet de cette autre version du dernier conflit mondial… et, ma foi, force est de constater que si autant le premier tome de la saga m’avait plus que laisser sur ma faim, cette Opération Felix me combla, peut-être pas au-delà de mes espérances, mais de façon plus que satisfaisante !

En effet, en quittant le territoire français et son armée nationale pour franchir les Pyrénées et mettre en avant, enfin, la Wehrmacht et son allié du jour, les troupes du Général Franco, ce second volume éveille immédiatement mon attention : déjà parce qu’il est toujours intéressant de suivre ce genre d’intrigues uchroniques du point de vu allemand – après tout, le scénario de ce genre de récit le plus banal qui soit est : « et si l’Allemagne avait gagné la guerre ? » – mais aussi et surtout en raison de l’excellente idée de faire entrer l’Espagne dans le conflit… possibilité recherchée, dans l’Histoire réelle, par Hitler, ce qui lui aurait apporté un nouvel allié, Franco refusant vu l’état pitoyable de son pays après une longue et douloureuse guerre civile. Et donc, ici, embourbé dans le nord-est de la France et avec un allié espagnol a ses côtés, nous suivons donc des troupes germaniques prêtent à en découdre contre les britanniques afin de s’emparer de Gibraltar, point stratégique s’il en est pour le contrôle de la Méditerranée. Et donc, avec un postulat de départ pour le moins excellent, nous avons droit cette fois ci a un récit bien plus haut en couleur que celui du premier tome : faisant la part belle aux combats – et il faut s’imaginer ce que ceux-ci peuvent donner en un lieu comme Gibraltar – ce qui nous vaut certaines planches pour le moins spectaculaires, malgré un style que certains pourront trouver un peu simpliste, mais aussi et surtout à la rivalité entre les divers corps d’armés allemands – un vrai nid de guêpes – le lecteur se retrouve face à une fort belle bande dessinée, captivante au possible et qui se dévore avec un plaisir non dissimulé. Et comme en plus, histoire d’avoir une petite cerise sur le gâteau, nous avons droit à une belle histoire d’amitié entre deux hommes qu’a priori, tout opposait, un jeune officier allemand rempli de convictions et un ancien prêtre espagnol devenu soldat et plus mur, force est de constater qu’avec cette Opération FelixWW 2.2 décolle enfin !


Bien évidemment, il faut savoir relativiser les choses : autant le premier tome, La bataille de Paris, n’était pas si mauvais que mes propos pourraient le laisser penser – disons tout de même que j’avais été particulièrement déçu et que, oui, celui-ci est bien moyen – autant cette Opération Felix n’est pas non plus un chef d’œuvre du neuvième art, loin de là : dans la moyenne haute, captivant de par son récit et possédant un bon petit lot de protagonistes et de situations pour le moins réussis, ce second volume de WW 2.2 se lit agréablement bien et laisse une impression de réussie, du moins, avec cet album, on se dit que cette énième Uchronie commence à trouver sa justification. Reste désormais à découvrir ce que le reste de la série a dans le ventre, si la qualité sera une fois de plus au rendez-vous, mais en tous cas, si la suite de WW 2.2 est du même acabit que ce second volume, ça sera déjà une bonne nouvelle. 

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...