dimanche 3 novembre 2013

WW 2.2 – ÉLIMINER VASSILI ZAÏTSEV


WW 2.2 – ÉLIMINER VASSILI  ZAÏTSEV

Sniper surdoué, le capitaine de l’Armée rouge Vassili Zaïtsev est la figure emblématique de la bataille de Blackpool qui voit son unité tenir la ville face à une armée anglaise en déroute sur son propre sol. La situation est intolérable pour le commandement britannique qui fait appel à un commando de tireurs d’élites américains. Dans les ruines de Blackpool, une guerre invisible et impitoyable va voir le jour… Une guerre ayant un seul et unique but : éliminer Vassili Zaïtsev.

Il y a de cela une dizaine d’années, en 2001 plus précisément, sortait sous nos écrans un film de Jean-Jacques Annaud, Stalingrad, dont la toile de fond, bien évidemment, était la ville du même nom, théâtre de l’une des batailles les plus meurtrières et importantes de la seconde guerre mondiale, si ce n’est la plus importante puisque, avec la défaite de l’armée allemande au terme de plusieurs mois de combats, plus rien ne serait jamais pareil, le rouleau compresseur soviétique se mettant alors en marche jusqu’à ne plus s’arrêter, si ce n’est à Berlin pour la fin de la guerre. Et donc, dans Stalingrad, le film nous narrait le duel entre deux tireurs d’élite d’exceptions, Heinz Thorvald, major de la Wehrmacht de son état et personnage au demeurant, probablement fictif (peut-être inventé par la propagande soviétique), et, bien entendu, le célébrissime Vassili Zaïtsev, dont on prétendu qu’il abatis  a lui seul, 225 allemands dont un bon nombre d’officiers au cours de la bataille de Stalingrad, ce qui fit de lui un héros populaire pour l’armée rouge, bien utiliser, au demeurant et comme il se doit, par la propagande de son pays. Un film original puisque, en temps normal, la quasi-totalité des œuvres ayant tait a la seconde guerre mondiale se préoccupent surtout du côté occidental et plus particulièrement américain, un film qui n’est peut-être pas un chef d’œuvre mais qui n’en est pas moins agréable et qui se regarde plutôt bien et un film qui, au demeurant, et même si je l’ai déjà vu à plusieurs reprises, il faudrait bien que je vous parle un jour sur ce blog. Mais au fait, arrivé là, pourquoi vous parler de Stalingrad dans une critique de WW 2.2 ?

Bien évidemment, les plus éveillés d’entre vous et les connaisseurs l’auront compris tout de suite, dans cette saga uchronique qu’est WW 2.2, dans cette autre seconde guerre mondiale, ici, et comme le titre de cet album l’indique, nous retrouvons le célèbre tireur d’élite soviétique, Vassili Zaïtsev ; mais pas uniquement puisque une bonne partie du casting du film est au rendez-vous, avec, bien entendu, en tête de liste, le grand rival germanique, le major Thorvald. Sauf que, comme chacun sait, dans cette bande dessinée, les choses ne se sont pas déroulées de la même manière et la tournure des événements du conflit ne sont pas identiques à ceux de notre réalité (d’un autre côté, c’est l’intérêt de cette BD), et donc, dans ce quatrième opus de WW 2.2, allemands et russes, plutôt qu’adversaires, sont alliés et nous les retrouvons tous deux en Grande Bretagne, les deux alliés ayant envahis la terre sacrée de notre très gracieuse majesté. C’est donc dans la belle ville, mais ici en ruines, de Blackpool, que nous retrouvons donc notre ami Vassili Zaïtsev dont le tableau de chasse, au début de cette bande dessinée, en est déjà à 200 britanniques abattus. Vassili Zaïtsev mais aussi Heinz Thorvald, les deux hommes étant dans le même camp… ou pas car, comme on le comprendra rapidement, dans ce petit monde des tireurs d’élite, etre le meilleur a son importance, mais plus que cela, les exploits du jeune russe embarrassent les alliés qui souhaitent ardemment s’en débarrasser et, du coup, celui-ci se retrouve avec les anglais, les américains et quelques autres sur ses basques ce qui nous donne, au final, un fort bon album, prenant au possible, qui se lit d’une traite, et qui, selon moi, avec un scénario détonnant (j’ai particulièrement apprécier la transposition du film Stalingrad dans ce Éliminer Vassili Zaïtsev) et de superbes dessins, est une parfaite réussite ! Le meilleur de la saga ?


Et bien ma foi, c’est tout bonnement ce que je pense ! Ainsi, après des débuts pour le moins loin d’etre enthousiasmants comme ce fut le cas dans La bataille de Paris, un second opus qui m’avait bien plus (même si cela ne semble pas etre le cas dans la plupart des avis que j’ai pu lire à son sujet), Opération Felix, un troisième tome, Secret Service, franchement bon et qui possédait un scénario excellent, bref, après des albums dont la qualité ne cessait d’augmenter au fil des parutions, Éliminer Vassili Zaïtsev m’apparait comme étant le tout meilleur de la saga, et sincèrement, de loin : pour son intrigue, ses personnages, son coté captivant et ses dessins, WW 2.2 possède enfin (mais ce n’est que mon avis) son tout premier excellent album, en tous cas, celui que je pourrais acheter sans problème si je ne devais en posséder qu’un seul – d’ailleurs, il se pourrait bien que je le fasse dans l’avenir. Bref, une excellente bande dessinée et un cycle qui s’améliore avec le temps, ce qui n’est pas plus mal ; reste maintenant à savoir si ma médiathèque possède la suite, ce qui n’est pas sûr, hélas… Franchement, ça me gonflerait de devoir patienter trop longtemps pour connaitre la suite…

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...