lundi 20 janvier 2014

DIEU CRÉE, L'HOMME DÉTRUIT


DIEU CRÉE, L'HOMME DÉTRUIT

Aux abords de l'école primaire de Westport, deux enfants apeurés sont abattus en pleine nuit par un groupe de tueurs professionnels, nommés les Purificateurs. La raison ? Ceux-ci n'ont commis que « le crime » d'être nés mutants. Leurs cadavres sont ensuite accrochés à une balançoire, un écriteau posé sur leurs poitrines pour bien indiquer aux badauds la raison de leur funeste destin. Magnéto arrive plus tard sur les lieux. Ce meurtre gratuit de deux innocents le rend fou de rage, il fait le serment de les venger et de traquer les assassins. New York, quartier général d'une mission évangélique. A sa tête se trouve le révérend William Stryker, un télé-évangéliste dont le créneau est la haine des mutants, à commencer par les plus célèbres d'entre eux, à savoir les X-Men. Chose étonnante, il semble disposer d'un dossier complet sur eux, leurs capacités ainsi que leur identité secrète.


Dieu crée, l'homme détruit
Editeur : Marvel Comics
Scénario : Chris Claremont
Dessins : Brent Anderson
Encrage : Brent Anderson, Steve Oliff
Genre : Super Héro
Titre en vo : X-Men – God Loves, Man Kills
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 1er trimestre 1982
Langue d’origine : anglais

Mon avis : En 1982, suite au succès phénoménal que connait la série X-Men depuis sa reprise en main par Chris Claremont, quelques années auparavant, qui vient d’atteindre des sommets scénaristiques avec la saga du Phénix Noir et qui, comme chacun sait, ne se démordra pas pendant encore bien des années, du côté de chez les têtes pensantes de Marvel, on souhaite toucher un public plus adulte, et, pour cela, notre groupe de mutants préférés apparait comme étant celui qui peut y parvenir, et ce, pour deux raisons principales : grâce au talent de son auteur, bien entendu, mais aussi grâce aux fondements même de la série, car comme chacun sait, avant d’etre un groupe de super-héros, les X-Men, ce sont les juifs, les noirs, les homos, les latinos, bref, tous les réprouvés de la Terre, tous ceux qui en prennent plein la gueule, que l’on moque et que l’on accuse de tous les maux. Et justement, avec ce Dieu crée, l’homme détruit, nos X-Men se retrouvent dans l’un des rôles qui leur va le plus à ravir, celui de parias, avec, comme adversaire du moment, un télé-évangéliste du nom de Stryker qui est bien décidé à provoquer un véritable génocide de la race mutante et ce, au nom de Dieu. C’est sombre, très dur même par moments, Claremont s’en donne franchement à cœur joie et sincèrement, cela fait du bien de voir enfin des auteurs de comics avoir un peu les coudées franches sur une œuvre qui, sur le coup, lorgne largement du côté des productions européennes : des enfants sont abattus, les hommes de Dieu sont de sacrés salauds, il y a des morts en pagaie et, petite cerise sur le gâteau, Erik Lehnsherr, le grand Magneto en personne, présenté enfin sous un jour moins tranché que par le passé, s’allie même à ses anciens adversaires afin de contrer la menace Stryker. Indéniablement un grand moment de la franchise X-Men du début des années 80 et qui, même si je trouve qu’elle a un peu vieilli de par ses dessins, n’en reste pas moins un incontournable pour tout fan de la série qui se respecte.


Points Positifs :
- Une première pour la franchise X-Men avec un récit adulte qui vise un public plus mature ; ça tombe bien, vu la thématique de la série, celle-ci s’y prête à merveille.
- Enfant morts, un révérend aux idées extrémistes et prêt à un génocide, Xavier torturé… Claremont s’en donne à cœur joie et va très loin dans son scénario ; pour rappel, on est en 1982 !
- Un Magnéto présenté enfin de façon plus humaine : bientôt, il prendra la tête de l’institut Xavier mais pour le moment, ce virage idéologique et la façon dont on voit le personnage est un grand pas en avant pour le maitre du magnétisme.

Points Négatifs :
- Ce n’est pas que je n’apprécie pas le travail de Brent Anderson mais je trouve que trente ans après, ces dessins ont un peu mal vieillis.
- La séquence dans la salle des dangers ne sert strictement à rien et casse le rythme d’un récit sans fautes par ailleurs.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...