dimanche 26 janvier 2014

METROPOLIS – TOME I


METROPOLIS – TOME I

Pour le Lieutenant Gabriel Faune, du bureau de contrôle de l'Interland, c'est une journée comme les autres qui débute sur la terrasse d'un café de Metropolis. Une coupe de champagne au petit matin, et la nécessité de consigner sur un carnet les phénomènes mystérieux dont il a été le témoin. Un an plus tôt, le centre de la ville a été victime d'un drame sans précédent. Une explosion énorme qui a ravagé les fondations de la Tour de la Réconciliation, et un tueur fou qui abattait au fusil tous ceux qui intervenaient pour porter secours aux blessés. La Place de la Réconciliation et sa tour spectaculaire sont pourtant le fruit d'un effort de paix sans précédent entre la France et l'Allemagne, porté par Aristide Briand et Gustav Stresemann. Les deux pays pacifiés depuis plus de soixante ans ont construit cet Interland dont Metropolis est le symbole, devenue une ville phare de la modernité et de la volonté politique. Mais la mégapole semble douée d'une forme de vie propre, générant des mystères dont Faune veut percer les secrets. Il est mandaté pour une enquête particulière suite aux attentats. Il va alors découvrir petit à petit l'ampleur de ce que cachent les sous-sols de la ville...


Metropolis
Editeur : Delcourt
Scénario : Serge Lehman
Dessins : Stéphane de Caneva
Couleurs : Dimitris Martinos
Genre : Uchronie, Fantastique, Policier,
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 8 janvier 2014
Nombre de pages : 96

Mon avis : C’était indéniablement l’un des moments les plus attendus de ce mois de janvier 2014, ce premier tome de cette toute nouvelle tétralogie du sieur Serge Lehman, un auteur que j’ai eu la grande joie de découvrir il y a maintenant trois ans, par le biais de son chef d’œuvre qu’est La Brigade Chimérique, où on nous expliquait comment l’Europe, qui fourmillait de super-héros avant la seconde guerre mondiale, a vu ceux-ci disparaitre Œuvre indéniablement culte pour tous ceux qui ont eu la chance de la découvrir, La Brigade Chimérique aura sans nul doute été l’une des bande dessinées les plus réussies de ces dernières années, faisant entrer son créateur au panthéon des auteurs à suivre, et il faut dire que, depuis, celui-ci est revenu sur le devant de la scène avec deux autres titres : Masqué, une autre tétralogie qui m’aura finalement déçu (il me manque le dernier tome pour me faire une idée plus précise de ce que vaut vraiment cette série) et L’Homme truqué, un one-shot dont l’action prend place avant les événements relatés dans La Brigade. Et donc, en attendant la sortie prochaine et tant attendue du Nyctalope, en ce début d’année, donc, sortait ce Metropolis, nouvelle vision de la célèbre mégalopole de Fritz Lang dont on avait déjà eu droit à une version de la part de Lehman dans La Brigade Chimérique. Sauf qu’ici, aucun super-héros à l’horizon et ce, même si, comme le lecteur le comprend assez rapidement, une certaine part de fantastique est bel et bien à l’œuvre au sein de la ville. Et donc, si j’avais été pour le moins échaudé par l’expérience Masqué, force est de constater que, dès les premières pages de ce Metropolis, j’ai retrouvé tout ce que j’apprécie chez Serge Lehman : intrigue complexe, utilisation crédible et plutôt bien trouvée de figures historiques, multiples références qui raviront ceux qui les reconnaitront (et encore, je suis sûr d’en avoir louper), un personnage principal plutôt charismatique aux origines pour le moins obscures, ambiance pour le moins réussie et qui ne peut que captiver le lecteur, avide de connaitre le fin mot d’une histoire qui promet, avec ce premier tome, de nous entrainer très loin… Ajoutons à cela des dessins certes spéciaux de Stéphane de Caneva mais qui collent fort bien au récit, lui donnant indéniablement un style et vous comprendrez qu’elle peut etre ma grande impatience de connaitre la suite… mais bon, là, il va falloir etre patient, très patient même puisque ce n’est pas pour tout de suite !


Points Positifs :
- Du Lehman en grande forme, du moins, c’est l’impression que j’ai ressentie en lisant ce premier tome de Metropolis : scénario en béton, ambiance particulière, synopsis de départ bien trouvé (la mégalopole est le symbole de la paix franco-germanique qui dure depuis le conflit de 1870 entre les deux nations) et des événements pour le moins étranges qui promettent énormément.
- Au début, le protagoniste principal, Gabriel Faune, ne paye pas de mine, mais assez rapidement, on sent un sacré potentiel dans ce personnage ; espérons que nos attentes à son égard ne soient pas déçues.
- Comme uchronie, l’idée est plutôt bien trouvée est originale : pas de première guerre mondiale, je crois que c’est la première fois qu’on y a droit ?!
- La partie graphique est excellente, tant au niveau des dessins de Stéphane de Caneva que du choix des couleurs de Dimitris Martinos ; franchement, une belle réussite !
- Quelques grands moments dès ce premier volume, avec, en point d’orgue, l’attentat, tout simplement spectaculaire, mais aussi, la découverte des corps sous la Tour…

Points Négatifs :
- Un peu dubitatif quant aux références a M le maudit de Fritz Lang, logique puisqu’il s’agit de l’autre chef d’œuvre du créateur de Metropolis (le film) mais bon, je me demande où Lehman veut en venir ? Bon, après, c’est le premier tome est si ça se trouve, il en sortira de bonnes choses.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...