jeudi 23 janvier 2014

TOMB RAIDER II


TOMB RAIDER II

Dans la Chine ancestrale, un empereur s'était approprié le pouvoir de la dague de Xian. Une dague capable de transformer en dragon celui qui a le courage de se la planter dans le cœur. Ce dernier tenta d'asservir les nations voisines grâce au pouvoir de cette dague mais les moines du Tibet refusèrent de se soumettre et réussirent à reprendre la dague et à la replacer dans son temple aux confins de la Grande Muraille de Chine. Partie à la recherche de cette dague, Lara Croft atterrit donc sur la Grande Muraille et tente de pénétrer dans le Temple de Xian. Tandis qu'elle constate que la porte est verrouillée par un mécanisme, Lara esquive l'assaut d'un mercenaire italien et réussit à lui soutirer quelques informations avant qu'il ne se suicide. Ce dernier lui révèle alors l'existence d'une secte dirigée par un certain Marco Bartoli, lui aussi à la recherche de la dague.


Tomb Raider II
Éditeur : Eidos Interactive
Développeur : Core Design
Concepteur : Gavin Rummery
Date de sortie : Décembre 1997
Pays d’origine : Grande Bretagne
Genre : Action-aventure, Plateforme
Mode de jeu : Solo
Média : CD
Contrôle : Manette
Plate-forme : PlayStation

Mon avis : Après vous avoir parlé du légendaire premier opus de cette non moins légendaire saga vidéoludique qu’est Tomb Raider, il est grand temps, désormais, de m’attaquer à son successeur, sans nul doute mon préféré de la saga, ce fameux Tomb Raider II, sortit pour Noël 1997, ce qui, il faut le reconnaitre, ne nous rajeunit en aucune façon. Bon, tout d’abord, comme je l’avais souligné lors de la critique de Tomb Raider, premier du nom, ce fut par le biais de ce second épisode que j’ai découvert Lara Croft. Etant complètement passé à côté du premier, n’ayant pas encore de Playstation à l’époque, j’eu ce Tomb Raider II en tant que cadeau de Noël, avec, justement, la console de Sony et, ma foi, depuis mes premiers pas dans ce soft, aux commandes de Lara, dans ce fameux premier niveau où l’on se tapait ni plus ni moins que deux Tyrannosaures, encore aujourd’hui, je considère que ce fut probablement l’un des plus grands jeux auquel j’ai joué, en tous cas, l’un de ceux qui m’a procurer le plus de plaisir. Alors bien sûr, il est commun de dire que l’on garde toujours une préférence pour les première fois, d’où, peut-être, le fait que je considère ce second opus de la série comme étant mon préféré, mais bon, en toute sincérité, comment ne pas lui reconnaitre tout un tas de qualités qui en font, indéniablement, un grand jeu : ainsi, en reprenant le système de jeu de son prédécesseur, ici, les développeurs nous entrainent plus loin, plus fort, plus haut, dans une aventure encore plus complexe, qui nous fait voyager aux quatre coins du monde – Venise, Chine, Tibet, fonds marins – qui nous font affronter moult créatures légendaires – Yéti, Dragon – qui nous fait découvrir des niveaux tout simplement somptueux (pour l’époque), souvent en extérieurs et encore plus dangereux que dans le premier opus, les énigmes étant toujours aussi complexes et variées a quoi il faut ajouter un nombre plus que conséquents d’adversaires humains. Quant à Lara, elle commence à prendre forme, ses traits s’adoucissent, sa queue de cheval fait son apparition et ses seins ne ressemblent plus à deux disgracieux rectangles ; ajoutons à cela une artillerie à faire pâlir d’envie bien un certain Snake ainsi que la possibilité de piloter tout un tas d’engins et vous comprendrez, sans nul doute, pourquoi quinze ans plus tard, Tomb Raider II est encore l’un de mes jeux préférés !


Points Positifs :
- C’est simple, on reprend tout ce qui avait de bien dans le premier Tomb Raider et on l’améliore, cela donne incontestablement un jeu supérieur à tous les niveaux.
- Certains niveaux, pour l’époque bien entendu, sont franchement magnifiques ; de plus, contrairement au premier, désormais, Lara se ballade à l’extérieur.
- Notre aventurière, justement, est bien plus belle : un gros effort a été réalisé pour ce qui est des graphismes.
- Plus d’adversaires humains, plus d’animaux, des monstres, et on est équipés pour…
- Le fait de pouvoir sauvegarder a tous moments (ce qui m’a permis, un jour de folie, de finir le jeu sans utiliser des trousses de soins)
- Une aventure captivante de bout en bout.

Points Négatifs :
- Bon, par contre, les habituels bugs de la série sont toujours au rendez-vous et Lara a toujours la mauvaise habitude de rentrer dans les murs ; je ne vous parle même pas d’un bug qui m’avait bloqué d’entrée de jeu et qui est rentré dans ma propre légende personnelle…
- Certes, je me suis extasier sur les qualités graphiques de ce Tomb Raider II mais je dois reconnaitre qu’a la même époque, la concurrence commençait à faire mieux.
- Le niveau Les Îles du ciel est probablement l’un des plus moches de la série…

Ma note : 9/10

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Mon premier jeu Pc et mon premier " Tomb Raider " également. J'y rejoue toujours avec énormément de plaisir. Merci pour cette belle critique.

Mélissa.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...