samedi 13 décembre 2014

METROPOLIS – TOME II


METROPOLIS – TOME II

L'étrange ossuaire découvert sous la plus grande tour de Metropolis est l'objet de toute l'attention des autorités. Le commissaire Lohmann a été désigné par les autorités franco-allemandes du Directoire pour tenter de comprendre le lien entre cette découverte et l'attentat sanglant commis sur la place centrale de la ville. Les extrémistes pangermanistes des Loups Noirs semblent des coupables trop évidents. Gabriel Faune a la lourde responsabilité d'exercer une forme de surveillance sur l'enquêteur, certes brillant, mais dont la fragilité mentale et le potentiel de violence sont connus. A mesure que les recherches progressent, Gabriel sent que le lien unique qui le lie à Metropolis s'affaiblit. Le ressenti très particulier qu'il avait avec les entrailles même de la ville qui l'a adopté le jour de sa fondation reste impressionnant, mais cela ne lui suffit pas pour comprendre ce qui se trame. La ville semble se transformer sans que ses habitants s'en rendent compte, tandis qu'il se sent lui-même déstabilisé par les personnes qu'il rencontre. Le docteur Freud, psychiatre renommé, veut l'aider. La très belle Loulou, petite amie de Lohmann, le trouble profondément. Les évènements de cette année 1934 semblent annoncer une forme de révolution qui prend naissance dans la ville elle-même...


Metropolis – Tome 2
Editeur : Delcourt
Scénario : Serge Lehman
Dessins : Stéphane de Caneva
Couleurs : Dimitris Martinos
Genre : Uchronie, Fantastique, Policier
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 17 septembre 2014
Nombre de pages : 96

Mon avis : En début de cette année, fin janvier pour être plus précis, je vous parlais sur ce même blog du premier tome de la nouvelle œuvre du sieur Serge Lehman, plus connu pour sa magistrale Brigade Chimérique qui connut un succès certain en son temps, et qui donc, se lançais dans une nouvelle bande dessinée, au nom plus qu’alléchant, Metropolis. Bien évidement, avec un titre pareil, on ne pouvait que penser qu’au chef d’œuvre cinématographique d’un certain Fritz Lang et, d’entré de jeu, on sentait l’hommage appuyé a la création du maitre ; surtout qu’un autre de ses films, M le Maudit, était également mis a l’honneur. Mais davantage qu’un simple hommage au cinéma allemand d’avant guerre, ce Metropolis était également – et heureusement d’ailleurs – une excellente BD : scénario, protagonistes, ambiance, tout tendait vers la perfection, surtout qu’histoire d’enfoncer le clou, l’ensemble était superbement mis en valeur par les dessins de Stéphane de Caneva qui donnaient vie a cette gigantesque métropole. Alors bien sur, suite a des débuts aussi prometteurs, c’était avec une certaine hâte que je souhaitais découvrir la suite de l’enquête de l’inspecteur Gabriel Faune, le citoyen numéro un de la ville, et, ma foi, je ne fus pas déçu. Bien entendu, en comparaison du premier tome qui mettait en place l’univers et l’intrigue, l’effet de surprise était passé, mais la chose était normale. De même, vu que l’œuvre tiendra en quatre volumes, ici, le rythme narratif est légèrement moins soutenu mais en dehors de ce point de détail, force est de constater qu’une fois de plus, je ne peux dire que du bien, une fois de plus, d’une œuvre de Serge Lehman : ainsi, tout en suivant la suite de l’enquête qui semble bien complexe, comment ne pas louer les divers inspirations et clins d’œil de l’auteur, que ce soit a des personnages historiques réels ou des œuvres artistiques – le summum étant, selon moi, lorsque Gabriel Faune arpente les rues du quartier chaud. De plus, le lien avec Metropolis, le film, est une fois de plus fait avec la présence d’un certain robot… Mais plus que ces hommages appuyés, et comme pour le premier tome, une fois de plus, ce qui ressort principalement de cette uchronie, c’est bien entendu l’ambiance qui en découle, ces personnages bien plus tourmentés qu’on aurait put le penser de prime abord (et sur ce point, le héros est bien plus complexe) et le constat, une fois de plus, que l’auteur sait non seulement de quoi il parle mais qu’il tend, a partir de là, a nous en offrir le meilleur. Espérons que la suite soit toujours du même acabit car bon, pour le moment, Metropolis est une excellente bande dessinée…


Points Positifs :
- Le premier tome de Metropolis était si bon que l’on pouvait craindre d’être déçu par sa suite, or, il n’en est rien et c’est tant mieux : l’enquête avance lentement, très lentement même mais ce n’est pas plus mal surtout que Lehman en profite pour s’attarder sur ses personnages.
- Justement, le héros, Gabriel Faune, s’avère être bien plus complexe qu’on pouvait le croire de prime abord : quid de son fameux et mystérieux don, ses origines et, surtout, nous voilà avec un personnage plutôt sombre…
- Point de vu dessins, c’est toujours aussi bon et donc, un grand bravo a Stéphane de Caneva aux crayons et Dimitris Martinos aux couleurs.
- Nombreuses références, une fois de plus, a Metropolis, le film, mais également, a tout un tas d’œuvres artistiques des années 20 et 30 ; sans oublier, bien sur, quelques personnages réels.

Points Négatifs :
- Contrairement au premier tome, le rythme, ici, est un peu moins soutenu mais la chose est après tout normale : passez l’effet de surprise et la mise en place de l’univers et de l’intrigue, l’auteur peut prendre le temps de s’attarder sur l’enquête et la personnalité de ses personnages, surtout qu’il y a encore deux tomes derrière.
- Du coup, même si j’ai trouvé se second tome plutôt bon, j’ai été un peu moins emballé.
- Difficile pour le néophyte de reconnaitre toutes les références qui parsèment les pages de cette œuvre.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...