dimanche 1 mars 2015

BLANCHE-NEIGE ET LE CHASSEUR


BLANCHE-NEIGE ET LE CHASSEUR

Dans des temps immémoriaux où la magie, les fées et les nains étaient monnaie courante, naquit un jour l’unique enfant d’un bon roi et de son épouse chérie : une fille aux lèvres rouge sang, à la chevelure noire comme l’ébène et à la peau blanche comme neige. Et voilà précisément où l’histoire que vous croyiez connaître prend fin et où la nouvelle adaptation épique et envoutante de ce célèbre conte des frères Grimm débute. Notre héroïne, dont la beauté vient entacher la suprématie de l’orgueilleuse Reine Ravenna et déclencher son courroux, n’a plus rien d’une damoiselle en détresse, et la cruelle marâtre en quête de jeunesse éternelle ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l’art de la guerre par le chasseur qu’elle avait elle-même envoyé pour la capturer. Alliant leurs forces, Blanche-Neige et le chasseur vont fomenter une rébellion et lever une armée pour reconquérir le royaume de Tabor et libérer son peuple du joug de l’impitoyable Ravenna.


Blanche-Neige et le Chasseur
Réalisation : Rupert Sanders
Scénario : Hossein Amini, Evan Daugherty et Evan Spiliotopoulos, d'après Blanche-Neige des Frères Grimm
Musique : James Newton Howard
Production : FilmEngine, Roth Films et Universal Pictures
Genre : Fantastique, Fantasy, Conte de Fées
Titre en vo : Snow White and the Huntsman
Pays d'origine : États-Unis, Royaume-Uni
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 30 mai 2012
Durée : 127 mn

Casting :
Charlize Theron : la Reine Ravenna, la méchante belle-mère de Blanche-Neige
Kristen Stewart : Blanche-Neige
Chris Hemsworth : Éric, le chasseur
Sam Claflin : William
Sam Spruell : Finn, frère et homme de main de Ravenna
Christopher Obi : le Miroir
Ian McShane : Beith
Nick Frost : Nion
Bob Hoskins : Muir
Toby Jones : Coll
Eddie Marsan : Duir
Ray Winstone : Gort
Brian Gleeson : Gus
Johnny Harris : Quert
Noah Huntley : le Roi Magnus, le père de Blanche-Neige
Liberty Ross : la Reine Eleanor, la mère de Blanche-Neige
Vincent Regan : Duc Hammond
Matt Berry : Percy

Mon avis : Le hasard aura fait que j’ai vu ce Blanche Neige et le Chasseur jeudi dernier alors que je me trouvais en Belgique et qu’il est diffusé ce soir sur TF1 mais bon, en dehors de cette coïncidence qui ne fera pas avancer le schmilblick, ce que j’ai trouver amusant, c’est d’avoir eu l’opportunité de voir cette version moderne – et oh combien différente – de l’un des contes les plus célèbres des frères Grimm après vous avoir parler, il y a sensiblement une semaine d’un numéro des Cahiers de Science & Vie et dont le sujet était : Aux origines des Mythes. Le point commun ? Eh ben, tout simplement le fait que ce que l’on ne sait pas souvent, il existe de multiples versions, au fil des siècles, d’une même histoire et que, au final, un mythe est tout sauf figé dans le marbre, évoluant tel un être vivant au gré des modifications jusqu’à devenir, parfois, quelque chose de complètement différent. Et dans le cas qui nous préoccupe ici, car il serait grand temps de nous y atteler, ce Blanche Neige et le Chasseur, donc, force est de constater que pour tous ceux et celles qui gardent en mémoire la version un peu niaise de Disney, nous sommes aux antipodes de celle-ci. Bien sur, la toile de fond reste la même et l’on retrouve Blanche Neige, la mauvaise reine, le chasseur, les nains, le miroir et la pomme ; de même, la trame est, grosso modo, plus ou moins équivalente, du moins, pour certains événements car justement, ici, cette Blanche Neige tient davantage du récit de Fantasy pur et dur que du conte initial des frères Grimm : il y a des fées, des trolls et autres sombres créatures des marais, mais aussi, et ce n’est pas la moindre des modifications, ici, la jeune fille se transforme en une combattante prête a soulever le peuple contre la tyrannie de l’usurpatrice qui a tuée son père. Un sacré changement, donc, mais pas désagréable au final ; après tout, mieux vaut une évolution quitte a ce qu’elle soit discutable qu’une version avec des acteurs du dessin animé de Disney. Après, tout n’est pas réussi dans ce Blanche Neige et le Chasseur et il ne faut pas le faire dire ce que je n’ai pas dit : en effet, malgré quelques bonnes idées et une Kristen Stewart franchement épatante en Blanche Neige, force est de constater que nous ne nous trouvons pas ici devant un grand film, bien au contraire. L’histoire est sympa, cela se regarde mais bon, entre certains raccourcis pour le moins faciles et mêmes quelques incohérences – Blanche Neige devient un peu trop facilement une combattante aguerrie, on ne nous explique pas vraiment le pourquoi de ses pouvoirs – on sent que, scénaristiquement, il y avait mieux à faire. De même, si comme on pouvait s’y attendre au vu du titre, le Chasseur prend une place importante dans l’intrigue – pourquoi pas – cela se fait au détriment des personnages secondaires, les nains, bien sur, qui n’apportent rien a l’histoire, voir même William qui se fait plus remarquer pour ses talents d’archers digne de ceux de Legolas dans Le Seigneur des Anneaux que pour son importance dans l’intrigue. Mais bon, tout cela, comme je l’ai dit, se regarde – mieux que je ne le pensais d’ailleurs – les modifications sont plutôt pas mal et Charlize Theron est parfaite en méchante reine maléfique, alors, de temps en temps, un bon petit film sans prise de tête, ça ne fait pas de mal…


Points Positifs :
- Au vu du conte des frères Grimm et de la version de Disney, la plus connue, force est de constater que cette Blanche Neige est vraiment différente, mais bon, d’un point de vu personnel, cela ne me gènes en aucune façon ; après tout, mieux vaut une version complètement différente d’une histoire que tout le monde connait plutôt que la énième même chose…
- Kristen Stewart est franchement excellente en Blanche Neige ; euh, une Blanche Neige moderne et qui se bat mais excellente tout de même !
- Idem pour Charlize Theron (décidément, les femmes sont à l’honneur dans ce film) tout bonnement parfaite dans son rôle de méchante reine – ah, et puis quand elle aspire la jeunesse de ses victimes, c’est tout un art…
- Ambiance plus sombre, assez violent, un coté Fantasy très marqué avec des fées, des trolls et même un Dieu Cerf de la Nature ; bref, tout un tas de bonnes idées pour le moins sympathiques.
- Ce n’est plus une surprise a notre époque mais bon, rendons a César ce qui lui appartient et soulignons donc que les effets spéciaux sont assez réussis.
- Le Miroir de la reine.

Points Négatifs :
- Bon, il ne faut pas s’emballer non plus : Blanche Neige et le Chasseur est tout sauf un grand film. Cela se regarde, c’est déjà ça, il y a de bonnes idées mais bon, sans plus…
- Le Chasseur prend logiquement une place importante sauf que, du coup, les autres protagonistes sont un peu oubliés et, au final, on ne sait même pas si Blanche Neige est réceptive à son amour ou pas !?
- Les Nains ne servent pas à grand-chose.
- Ah, William et ses fameux talents d’archers… Déjà, Legolas dans Le Seigneur des Anneaux, c’est souvent discutable, mais là… quand il choppe une flèche qui le visait et qu’il la renvoi a son agresseur, c’était tout bonnement ridicule ! Même dans les jeux vidéos ils n’osent pas (ou presque jamais) de telles aberrations !
- Blanche Neige devient un peu trop rapidement une combattante aguerrie.
- Une explication quant à ses pouvoirs serait sympa, non ?
- Le frère de la reine, stéréotypé au possible et inintéressant.

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...