jeudi 19 mars 2015

L’HISTOIRE SECRÈTE – SANTA MUERTE


L’HISTOIRE SECRÈTE – SANTA MUERTE

L'été 1993, un curieux phénomène se produit à proximité de Waco, au Texas. Un épais brouillard momifie les passagers d'une voiture et laisse de larges Crop-Circles dans les champs alentours. Les autorités retrouveront des marques de mains et de pas dans la carrosserie de la voiture, ainsi que des fragments d'or pur de 25 carats, ce qui est techniquement impossible à réaliser... à moins d'être alchimiste ! Quelques mois plus tard, l'archonte Reka qui structure le trafic de drogue dans toute l'Amérique latine, intervient elle-même pour supprimer un traitre à son organisation. Cet informateur s'était infiltré dans une de ses organisations à Tijuana, au Mexique, pour le compte de la DEA. Pour le tuer, elle se jette avec lui dans le vide, du 30ème étage d'un immeuble, et se relève indemne. Le peuple la respecte et la craint, elle est surnommée la Santa Muerte. L'agent de la CIA Bob Wheels se trouve dans cette ville, lui aussi. Il règle quant à lui les derniers détails d'une monstrueuse commande d'armes, en compagnie d'un mexicain baraqué et tatoué, contre un incroyable lingot d'or de 25 carats. La livraison doit être effectuée dans un ranch de Waco, quelques jours plus tard. Wheels prend ensuite contact avec l'agent O'Neill de la DEA, un soir de descente musclée dans un entrepôt de drogue de la Santa Muerte. Ensemble, ils évoquent la genèse des cartels narcotrafiquants et procèdent à l'arrestation d'un mystérieux chauve Appelé Cornélius Nepo, cet homme possède un passeport venant d'un pays qui n'existe pas, le Touared...


L'Histoire Secrète – Santa Muerte
Editeur : Delcourt
Scénario : Jean-Pierre Pécau
Dessins : Igor Kordey
Couleurs : Len O'Grady
Couverture : Manchu, Igor Kordey
Genre : Fantastique, Etrange, Historique, Mondes décalés
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 29 août 2012
Nombre de pages : 54

Mon avis : Après un vingt-sixième tome que j’avais trouvé légèrement en deçà, L’Amiral du Diable, dont je vous ai parlé il y a quelques jours a peine, c’était avec une certaine impatience où se mêlaient espoir et méfiance que j’attendais de découvrir si le nouveau tome de cette longue, mais très longue saga qu’est L’Histoire Secrète, allait renouer avec les heures de gloire de la série ou, du moins, remonter un peu le niveau. Or, et, franchement, à mon grand regret, pour la seconde fois consécutive, on ne peut pas vraiment dire que cet énième tome de L’Histoire Secrète reste dans les annales de la bande dessinée… Pourtant, et contrairement au tome précédant, cette fois ci, tous les éléments semblaient en place pour que l’on ait droit a quelque chose de plus enthousiasmant qu’avec L’Amiral du Diable : déjà, une intrigue qui, pour une fois, ne part pas dans tous les sens et qui, principalement, voit notre diable de Jean-Pierre Pécau réinterprété a sa façon l’attaque du ranch de la Secte des Davidiens, a Waco au Texas, en 1993. L’idée est plutôt intéressante surtout que, par le biais de l’existence d’univers parallèles – chose dont on soupçonne l’existence depuis pas mal de tomes, ne serais-ce que pour tout ce qui est lié a la ville mythique de Kor – le sieur Pécau met en scène un bien singulier individu venu d’un pays qui n’existe pas – le Touared – mais, en plus, se donne le luxe de, par le biais de l’Archonte Erlin, dévoiler quelques pans des énigmes en cours. Du coup, le vieux fan, ravi, ne peut que sauter au plafond devant ces bribes d’informations et, bien entendu, le lien qui commence a se faire avec une certaine fin du monde annoncée pour le 21 décembre 2012 – et qui, comme chacun sait, n’a pas eu lieue. Surtout que, la aussi, Pécau livre quelques bribes sur les fameux Moines et les origines des Ivoires… Mais alors, pourquoi un si peu d’enthousiasme de ma part au début de cette critique ? Eh bien, comment dire… si, en effet, les bonnes idées ne manquent pas, force est de constater que j’ai moins accroché avec tout le passage sur le cartel de trafiquants de drogue de Reka, thème maintes fois abordé et qui commence à tourner en rond. De même, la Secte des Davidiens, c’est sympa, mais bon, ce n’est pas non plus l’événement majeur du début des années 90 surtout que, au final, pendant que certains protagonistes bavardent pas mal, notre Cornélius Nepo, cet Homme venu d’ailleurs, passe un peu au second plan ; dommage car bon, vu ses origines, il avait tout de même un sacré potentiel…


Points Positifs :
- Bien évidement, ce qui marque particulièrement ce vingt-septième (ouf) tome de la saga, c’est ce mystérieux individu issu d’un autre monde, d’un univers parallèle et qui, accessoirement, semble avoir une peur panique des fameux Moines Noirs…
- Une fois n’est pas coutume, Jean-Pierre Pécau est moins avare en explications, ce qui, d’ailleurs, est plutôt une bonne chose : le lecteur apprend donc qu’il y a donc un lien entre le Calendrier Maya, les différents âges et l’apparition des Ivoires, mais aussi, le thème des terres parallèles sont abordés ainsi que la possibilité d’une… fin du monde !?
- Davantage centré sur une intrigue et ne partant pas dans tous les sens, ce tome est plus simple d’accès que d’autres.

Points Négatifs :
- Bon, je commence à me lasser un peu de toutes ces histoires de trafiquants de drogue avec Reka en grand manitou ; okay, cela fait parti du scénario mais bon, au bout d’un moment, on tourne en rond surtout que cela se fait au détriment du reste de l’intrigue…
- N’y avait-il pas moyen d’accorder un peu plus d’importance a ce Cornélius Nepo, ce fameux homme qui venait d’ailleurs ?
- Hum, il y a un truc que je n’ai pas bien saisis : Cornélius Nepo viens d’un monde parallèle, il semble en savoir pas mal sur les Moines et ne cesse de parler de dangers communs pour son monde et le notre, or, que fait Erlin ? Il le tue !? Moi pas comprendre !
- Le brave Igor Kordey a déjà connu des jours plus inspirés et, si dans l’ensemble, cela reste correct si l’on apprécie son style, force est de constater que certaines planches semblent un peu en deçà.
- Une fois de plus, si, comme moi, vous n’avez jamais lu les autres séries de l’auteur se déroulant dans le même univers – Arcanes et Arcanes Majeur – vous passerez a coté de pas mal de choses…

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...