dimanche 10 mai 2015

GLADIATOR


GLADIATOR

Maximus Decimus Meridius, général romain renommé, mène une nouvelle fois les légions de l'empereur Marc Aurèle à la victoire en ce jour de bataille en pays germanique. L'empereur, sentant sa fin proche, annonce le soir même en privé à Maximus qu'il souhaite lui laisser le pouvoir à sa mort, pour qu'il puisse le transmettre au Sénat et que Rome devienne à nouveau une République. Marc Aurèle préfère le général à son propre fils, Commode, qu'il sait pertinemment obsédé par l'idée d'obtenir le titre d'empereur et en aucune manière animé d'une réelle compassion pour la plèbe. Lorsque le vieil empereur annonce la nouvelle à son fils avant de rentrer à Rome, Commode est pris d'un accès de rage et étouffe son père, devenant ainsi le nouvel empereur. Bien que la cause officielle annoncée du décès de Marc Aurèle soit la vieillesse, Maximus devine que l'empereur a été assassiné par son fils. Lorsque Commode demande, peu après, à Maximus de baiser sa main, et par ce geste de s'engager à le servir, ce dernier lui oppose un refus. L'empereur, furieux de cet affront, profondément blessé et jaloux de l'amour que son père portait à Maximus, ordonne alors son exécution, ainsi que celle de sa famille, qui réside alors en Hispanie romaine. Emmené en forêt pour être exécuté, Maximus réussit à désarmer ses gardiens et parvient à fuir, sérieusement blessé à l'épaule. Parvenu sur ses terres, après plusieurs jours et extrêmement affaibli par sa blessure, il découvre les corps de sa femme et de son fils de huit ans, calcinés et pendus devant la maison familiale.


Gladiator
Réalisation : Ridley Scott
Scénario : David Franzoni, John Logan et William Nicholson
Musique : Hans Zimmer et Lisa Gerrard
Production : Universal Pictures, Dreamworks Pictures et Scott Free Productions
Genre : Péplum, Aventure, Drame
Titre en vo : Gladiator
Pays d'origine : États-Unis, Royaume-Uni
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 5 mai 2000
Durée : 155 mn

Casting :
Russell Crowe : Maximus
Joaquin Phoenix : Commode
Connie Nielsen : Lucilla
Oliver Reed : Proximo
Richard Harris : Marc Aurèle
Derek Jacobi : le sénateur Gracchus
Djimon Hounsou : Juba
David Schofield : Falco
Tomas Arana : Quintus
Ralf Moeller : Hagen
Spencer Treat Clark : Lucius
David Hemmings : Cassius
Tommy Flanagan : Cicéron
Sven-Ole Thorsen : Tigris
Omid Djalili : le marchand d'esclaves
Nicholas McGaughey : l'officier prétorien
Chris Kell : le scribe
Tony Curran et Mark Lewis : les assassins
John Quinn : Valerius
Alun Raglan : le garde prétorien
David Bailie : l'ingénieur
Chick Allen : le chef germain
Dave Nicholls : le géant
Al Hunter Ashton : l'entraîneur romain
Ray Calleja : l'assistant de Lucius
Giannina Facio : la femme de Maximus
Giorgio Cantarini : le fils de Maximus

Mon avis : Indubitablement, avec Gladiator, j’aborde une œuvre que j’ai vu, depuis sa sortie, il y a de cela quinze ans, un nombre plutôt conséquent de fois, mais qui n’avait jamais eu droit a une critique sur ce blog depuis que celui-ci existe, ce qui signifie que, ces sept dernières années, je n’avais pas eu l’occasion de revoir ce film. Bien entendu, cela ne changera en aucune façon la face du monde et, d’ailleurs, cette critique, très tardive, encore moins puisque tout a été dit, ou presque, sur Gladiator en quinze ans. Pourtant, même vu et revu, même si l’effet de surprise est passé depuis belle lurette et même si, je ne le nie pas, en le revoyant hier soir, je me souvenais parfaitement de certains dialogues, je ne peux que reconnaitre que, malgré ses défauts inhérents du genre grand spectacle, malgré ses nombreuses inexactitudes historiques (un comble pour un film qui prétendait le contraire), oui, Gladiator reste un bon, un sacré bon film, un truc énorme qui, au tout début des années 2000, relança complètement un genre considéré ringard depuis des décennies, le péplum. Mais il faut dire que tout avait été fait, ou presque, pour faire de Gladiator un succès incontournable : ainsi, de l’impressionnante bataille d’ouverture en Germanie jusqu’au combat final entre Maximus et Commode dans le Colisée, le spectateur ne peut qu’être captivé par un défilement incessant d’images prenantes, de décors grandioses, de scènes d’actions impressionnantes et, bien entendu, par un synopsis pourtant simple – bah, ce n’est qu’une simple histoire de vengeance – mais qui n’en fonctionne pas moins… Maximus à tout perdu,  sa famille est morte, c’est un paria, un esclave, eh ben, ce n’est pas grave, il deviendra gladiateur, il montera a Rome, lutera dans le Colisée et ira peter la gueule de ce dégénéré de Commode qui lui a tout pris ! C’est basique, ça tient sur un timbre poste ce fichu scénario mais peu importe… Ridley Scott est suffisamment talentueux pour faire passer tout et n’importe quoi et puis, comment dire, Gladiator, on ne le regarde pas pour réfléchir mais pour se défouler, pour en prendre plein la vue, pour se dire que oui, une fois de plus, les gentils vont triompher des méchants… Bien sur, ce n’est pas fin, ce n’est pas un chef d’œuvre mais le cinéma, c’est aussi du grand spectacle, du rêve, du « vous allez en prendre plein la vue » et, sincèrement, dans ce genre là, Gladiator est quasiment parfait, alors, pourquoi bouder son plaisir et pas en reprendre une couche de temps en temps ? Après tout, il sera toujours temps de passer à quelque chose de plus sérieux un autre jour !?


Points Positifs :
- On peut dire pas mal de choses contre Gladiator mais comment nier que ce film, a lui tout seul, relança complètement un genre, le péplum, qui connu ses heures de gloires dans les années 50/60 et qui, depuis, était complètement ringard ? Le must absolu moderne du genre, un truc énorme qui, sans discussion possible, aura marqué son époque.
- Vous aimez le cinéma pour en prendre plein la vue, pour ne pas vous prendre la tête, pour des scénarios simples de vengeance et où les méchants sont vraiment méchants, alors, Gladiator est indubitablement fait pour vous !
- S’il y a un bien un point sur lequel ce film est inattaquable, c’est pour ses décors : tout simplement grandiose et la reconstitution de la Rome antique et du Colisée ne peuvent que marquer les esprits.
- Comment ne pas reconnaitre que la bande originale de Hans Zimmer est aussi culte que ce film !?
- Eh, les combats de gladiateurs bien sur ! Certes, historiquement, c’est n’importe quoi mais peu importe, on en a pour notre argent !
- La scène d’ouverture avec l’affrontement entre les légions romaines et les tribus germaniques ; la aussi, historiquement, ce n’est pas ça mais je ne m’en lasse pas.
- L’entrée dans Rome de Commode avec son esthétique nazi pompée sur Le Triomphe de la volonté (1934), de Leni Riefenstahl.

Points Négatifs :
- Bon, j’aime bien Gladiator mais comment ne pas reconnaitre que, scénaristiquement, c’est franchement pauvre et que tout cela ne reste qu’une simple histoire de vengeance avec un gentil qui veut tuer un méchant…
- Méchant qui, d’ailleurs, est très méchant, sadique, incestueux, n’hésite pas à tuer son père ; bref, une pourriture de première que l’on ne trouve que dans les grosses productions américaines.
- Historiquement, c’est un désastre. Bon, certes, il y a des trucs biens, je ne le nie pas mais entre des personnages historiques massacrés – désolé mais Commode n’était pas le sadique que l’on nous montre dans le film – des incohérences a tous les niveaux et des combats de gladiateurs spectaculaires mais qui, dans la réalité, ne se déroulaient pas ainsi, vaut mieux voir ou revoir Rome, la série.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...