samedi 16 mai 2015

IMAGINE MULTIMONDES N°1


IMAGINE MULTIMONDES N°1
Février/Mars 1999

Au sommaire :
Articles
- Imrryr, la Cité qui rêve
- Les arènes de la guerre
- Les ténèbres du monde
- D’acier, de courage et de magie
- Fureur religieuse, ferveur destructrice
- Dossier Explorateurs
- Le carnet de Melkior Vubass
- L’aventure au service de la science ?
- Les conquérants de l’inconnu
- Richard Burton : le modèle des explorateurs aventuriers
- Scénario : L’île de la mort lente
- Au bonheur de l’explorateur
- Rubriques
- Année de l’Orc : La quête du savoir
- 1999 : Le Concile des Mages
- Encyclopédie des mondes imaginaires : Lyonesse
- Jeux : Initiation à Vampire
- Micro : Dark Project
- Making Of : Genèse d’un Dragon
- BD : L’Auberge de non-retour
- Previews
- Courrier et annonce du prochain numéro

Mon avis : Il y a deux jours seulement, dans ma critique du second numéro d’une revue qui connu son heure de gloire dans les années 90, je veux bien évidement parler de Dragon Magazine, j’annonçais avec une certaine satisfaction qu’avec l’achat de celle-ci, j’avais enfin, bien des années plus tard, finit par compléter ma collection de la version française de la revue US du même nom. Un grand moment donc, enfin, a mes yeux, sauf que… sauf que, en fait, je n’en avais pas tout a fait finis avec Dragon Magazine ou, plus précisément, avec l’équipe éditoriale et créatrice du magazine de l’imaginaire. En effet, suite au rachat de TSR, la maison d’édition de la version américaine et d’un certain Donjons & Dragons, par Wizards of the Coast, la parution de Dragon Magazine avait du stopper, au numéro 45 paru en décembre 1998 ; et, accessoirement, pour moi, ce fut la fin d’une longue histoire d’amour avec cette revue et qui aura duré presque une décennie. Cependant, l’équipe éditoriale se lança dans un nouveau magazine : Imagine qui, suite à des problèmes de droits, devint Imagine Multimondes pour ce premier numéro et Multimondes tout court par la suite et… huit petits numéros. Bref, d’entrée de jeu, c’était un peu compliquer, ce qui, ma foi, explique peut-être pourquoi l’aventure ne dura pas dans le temps – ajoutons le désintérêt pour le jeu de rôle et l’imaginaire, remplacé par les jeux vidéos et ont connait les coupables. Bref, tout cela pour vous dire que même sous un autre nom, notre bon vieux Dragon Magazine n’était pas tout a fait mort et, d’ailleurs, après m’être finalement procurer ce premier numéro et l’avoir enfin lu, plus de quinze ans après sa sortie, la première chose qui saute aux yeux, ce sont les nombreux points communs existants entre Imagine Multimondes et Dragon Magazine. Bien entendu, la chose est normal vu que ce sont les mêmes qui se trouvent aux commandes du navire et, que ce soit pour les dossiers, le ton général de l’ensemble et ce gout prononcer pour l’imaginaire sous toutes ses formes, le fan de Dragon sera en terrain familier. Alors bien sur, rupture de contrat avec la maison mère oblige, il faut dire adieu aux illustrations américaines et, ma foi, celles-ci manquent cruellement, aussi talentueux soient les artistes français, mais bon, d’un autre coté, libéré des contraintes de TSR, on échappe enfin au carcan Donjons & Dragons ce qui n’est pas forcément une mauvaise nouvelle… Reste un très gros dossier consacré aux explorateurs et qui, ma foi, mérite le détour, une petite rencontre entre Indiana Jones et une certaine Lara Croft (eh oui, nous sommes en 1999) et un scénario assez réussi qui plaira sans nul doute aux joueurs – bah oui, il en restait encore quelque uns à l’époque ! Bref, début 1999, Dragon Magazine avait fait sa mue, avait changé de nom, mais la qualité, elle, était encore là… après, les jeux vidéos ayant naturellement tué les jeux de rôles, il serait toujours temps de mourir, quelques numéros plus tard…


Points Positifs :
- Changement de nom, certes, pour Dragon Magazine mais ce qui saute immédiatement aux yeux, en lisant ce premier numéro de Imagine Multimondes, c’est qu’on est plus qu’en terrain familier, et ce, malgré quelques différences. Bref, à l’époque, les fans de Dragon pouvaient faire la transition sans le moindre problème.
- Le dossier consacré aux explorateurs est non seulement long mais, accessoirement, plutôt réussi. Histoire de rendre le tout encore plus intéressant, celui-ci met en avant la période la plus faste de ces hommes de science aventuriers, je veux bien évidement parlé de l’époque Victorienne.
- Nous avons droit à une rencontre entre Indiana Jones et Lara Croft.
- Le scénario L’île de la mort lente est plutôt bon.
- Le fait de sortir du carcan imposé par TSR n’est pas forcément une mauvaise nouvelle ; plus libre, Dragon pouvait aborder d’autres thématiques.

Points Négatifs :
- Plus de TSR, plus d’illustrations de la maison d’édition de Donjons & Dragons et là, sincèrement, on voit tout de suite la différence car on perd franchement au change !
- Cette revue devait s’appeler Imagine, le nom était déjà pris, du coup ça devient Imagine Multimondes avant de changer encore pour Multimondes dès le second numéro ; bref, l’aventure, de ce coté là, débutait mal…
- Par contre, pour un premier numéro, ils avaient pas mieux comme illustration de couverture car bon, comment dire, là, c’est un peu moche, non !?
- Un coté un peu fourre tout où le meilleur côtoie le moyen…
- Intéressant de parler du cycle de Lyonesse, par contre, je trouve qu’il y avait de quoi faire un peu plus que trois misérables pages…

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...