samedi 23 mai 2015

MONSTRES CONTRE ALIENS


MONSTRES CONTRE ALIENS

Le jour de son mariage, la jeune Susan Murphy reçoit sur la tête une météorite qui la transforme en un monstre de plus de 20 mètres. L'armée entre promptement en action, neutralise la géante et l'incarcère dans une prison top secrète. Rebaptisée Génormica, Susan fait connaissance avec ses compagnons d'infortune : le brillant Dr Cafard, un scientifique à la tête de cafard, l'hybride macho de singe et de poisson appelé Le Maillon Manquant, l'indestructible et gélatineux B.O.B. et le gigantesque Insectosaure. L'heure de la délivrance ne tarde pas à sonner pour tous ces Monstres, car voici qu'un mystérieux et maléfique robot Alien, provenant d'une lointaine galaxie, se pose sur notre planète et se met à y causer de sérieux dégâts. Le Président des États-Unis, cédant aux pressions du général W. Putsch, décide alors d'enrôler les Monstres pour contrer les envahisseurs et sauver le monde civilisé d'une destruction imminente...


Monstres contre Aliens
Réalisation : Rob Letterman, Conrad Vernon
Scénario : Rob Letterman, Conrad Vernon
Musique : Henry Jackman
Production : DreamWorks SKG
Genre : Animation, Science-fiction
Titre en vo : Monsters vs. Aliens
Pays d'origine : États-Unis
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 27 mars 2009
Durée : 93 mn

Casting :
Reese Witherspoon : Susan Murphy / Génormica
Hugh Laurie : Dr. Cafard
Seth Rogen : B.O.B
Will Arnett : Le Maillon Manquant
Paul Rudd : Derek Dietl
Kiefer Sutherland : Général W. Putsch
Stephen Colbert : Le Président Hathaway
Rainn Wilson : Gallaxhar
Amy Poehler : La voix de l'Ordinateur
Julie White : Wendy Murphy, la mère de Susan
Jeffrey Tambor : Carl Murphy, le père de Susan
Renée Zellweger : Katie

Mon avis : Pour ceux et celles qui sont plus ou moins familiers de ce blog, c’est-à-dire, qu’ils leur arrive de revenir de temps en temps sur celui-ci, il est clair qu’ils ont compris depuis longtemps qu’ici, on trouve un peu tout et n’importe quoi, état de fait qui signifie surtout que mes gouts sont plutôt éclectiques. Cependant, parfois, il y a bel et bien quelques ovnis qui ont droit a leurs critiques : des œuvres qui, tous genres confondus, pourraient sembler hors-sujet, et, de ce point de vu là, il me semble que Monstres Contre Aliens en est un bon exemple. Film d’animation des studios DreamWorks sortit il y a quelques années déjà et qui accoucha par la suite d’un dessin animé, nous nous trouvons indéniablement face a une œuvre destiné avant toute chose aux plus jeunes d’entre nous ; de plus, au sein d’une concurrence de plus en plus féroce et parmi moult sorties du même genre qui connurent plus ou moins de succès, il était facile de passer a coté de ce film… après tout, il suffit aussi de voir quelques beaux petits plantages au fil des ans pour ne pas avoir envie de retenter l’expérience. Or, et alors que j’étais un peu tombé par hasard sur ce Monstres Contre Aliens, il y a quelques jours, assez rapidement, j’eu l’agréable surprise de constater que dans le cas présent, si le mot chef d’œuvre était bien entendu à exclure, il en serait de même pour le mot navet. Déjà, fort bonne nouvelle : dans ce film, pas de chansons débiles qui vont polluer le visionnage de l’œuvre ; mine de rien, la chose est devenue tellement banale que ce fut une sacrée bonne surprise ! Ensuite, pareil pour les blagues a deux balles et les jeux de mots faciles que les enfants ne saisiront pas et qui sont destinées a des adultes qui eux, de toutes façons, seront fort peu nombreux a regarder ce genre de films d’animations ; là aussi, on y échappe ! Pour finir, si bien entendu, le scénario est sans surprises et ne révolutionnera pas l’histoire du genre, force est de constater que les protagonistes de Monstres Contre Aliens, véritables hommages ambulants a des œuvres de SF des années 50 – La Créature du Lagon Noir, La Mouche, La Femme de 50 Pieds et quelques autres – ne pourront que plaire aux vieux amateurs de films du genre dans mon genre capables de prendre leur pied en s’extasiant de plaisir devant de pseudos fourmis géantes qui attaquent une ville en carton pâte ! Bref, vous l’avez compris, et alors que je n’en attendais pas grand-chose, au final, et rien que pour son côté nostalgique, j’ai apprécié ce Monstres Contre Aliens, certes, pas au point d’occulter ses défauts, mais bon, suffisamment, en tous cas, pour passer un fort bon moment !


Points Positifs :
- Les amateurs de vieux films ringards de SF sauront apprécier les multiples hommages qui parsèment cette œuvre : que ce soient les protagonistes qui rappelleront de bons souvenirs a certains ou quelques petits clins d’œil, ici ou là, la chose est plutôt sympathique.
- Pour une fois qu’on échappe a l’humour débile a deux balles, aux chansons toutes les cinq minutes et a des personnages qui gueulent comme des putois, on ne peut que s’en réjouir !
- L’intrigue est certes convenue mais n’en reste pas moins regardable. Idem pour les quelques scènes d’humour : pour une fois, celles-ci font vraiment rire… enfin, particulièrement si l’on est familier de cinéma de SF, bien entendu…
- Génormica, bien sur, mais aussi le Dr Cafard, archétype du savant fou comme je les aime.

Points Négatifs :
- Certes, c’est sympa, mais bon, ne vous attendez pas a quelque chose de grandiose non plus : le scénario est simpliste, l’intrigue convenue et sans surprises, quand aux situations et leurs airs de déjà-vu…
- Les vieux amateurs de SF sauront apprécier les multiples hommages qui parsèment cette œuvre, or, et il faut le rappeler, nous nous trouvons face a un film d’animation destiné aux plus jeunes et qui passeront bien entendu a coté des ces fameux hommages…

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...