dimanche 16 octobre 2016

WHO’S NEXT


WHO’S NEXT

The Who

1 - Baba O'Riley (Pete Townshend) 5:07
2 - Bargain (Pete Townshend) 5:34
3 – Love Ain't for Keeping (Pete Townshend) 2:11
4 – My Wife (John Entwistle) 3:41
5 – The Song Is Over (Pete Townshend) 6:16
6 – Getting in Tune (Pete Townshend) 4:49
7 – Going Mobile (Pete Townshend) 3:43
8 – Behind Blue Eyes (Pete Townshend) 3:45
9 – Won't Get Fooled Again (Pete Townshend) 8:33


Who’s Next
Musicien : The Who
Parution : 10 août 1971
Enregistré : mars – mai 1971
Durée : 43:35
Genre : Rock
Producteur : The Who, Glyn Johns
Label : Track

Musiciens :
Roger Daltrey : chant
John Entwistle : basse, cuivres, chant et piano
Keith Moon : batterie et percussions
Pete Townshend : guitares, orgue, VCS3, synthétiseur ARP, chant, piano
Nicky Hopkins : piano sur The Song Is Over et Getting In Tune
Dave Arbus : violon sur Baba O'Riley

Mon avis : Si cela fait bien longtemps que j’ai le plus grand respect pour un des groupes les plus marquants des années 60/70, je veux bien évidement parler des Who, et si, sans le moindre problème, j’apprécie bon nombre de leurs titres et ai toujours reconnu l’immense qualité qu’était la leur sur scène – après tout, ce fut sans nul doute le plus grand groupe de rock en live – singulièrement, j’ai toujours eu le plus grand mal avec leurs albums. Trop de concepts albums, trop d’opéras rock à la Tommy ou à la Quadrophenia m’auront toujours laissé pour le moins dubitatif pour ne pas dire complètement indifférent, surtout pour le second cité. Cependant, s’il y a bien un opus, au milieu de la discographie des Who, pour lequel j’ai toujours eu une certaine sympathie, un album avec lequel je n’ai jamais eu de grands soucis, contrairement aux autres, c’est bel et bien ce Who’s Next, probablement leur plus belle réussite et – je ne veux pas être méchant – celui qui a le mieux affronter les ravages du temps – allez donc vous coltiner The Who Sell Out de nos jours ?! Car en dehors de Live at Leeds qui est un monstrueux album live, c’est bel et bien Who’s Next, paru au tout début des années 70, qui, encore aujourd’hui, représente ce que les Who avaient de mieux a offrir a l’époque, c’est-à-dire, une formidable énergie qui, jamais, ne s’était fait démentir. Car ici, et en dehors, malheureusement, de quelques faiblesses relatives – My Wife qui prouve que John Entwistle était tout sauf un chanteur – c’est un groupe en très grande forme, un peu comme s’ils étaient sur scène, que l’on retrouve tout au long de l’album : ainsi, entre des morceaux très rocks voir hard et d’autres plus calmes, le groupe déborde d’une énergie phénoménale, chacun des membres étant au top, musicalement parlant. Le résultat, fatalement, est excellent, et si, bien évidement, on retiendra des monstruosités comme Behind Blue Eyes, Bargain ou Baba O'Riley, le titre le plus grandiose, est, selon moi, Won't Get Fooled Again, formidable morceau de bravoure qui, sur plus de huit minutes, allie a la perfection la formidable énergie musicale des musiciens et la voix arrogante d’un Roger Daltrey complètement habité. Et dire que Pete Townshend, toujours aussi chiant, n’a jamais eu de grandes considérations pour cet album… ah, il y a parfois des choses qui m’échappent !


Points Positifs :
- Le meilleur album des Who, tout simplement. Ici, on retrouve le groupe aussi inspiré et dynamique que comme s’il était sur scène, c’est-à-dire, son milieu naturel, n’en déplaise aux fans de Tommy et autres concepts albums. Et justement, Who’s Next est un vrai album et non un truc grandiloquent, si vous voyez ce que je veux dire ?!
- Quand un opus comporte des titres aussi bon que Behind Blue Eyes, Bargain, Baba O'Riley, Won't Get Fooled Again ou The Song is Over, c’est qu’il ne peut-être que bon, que dis-je, très bon !
- Justement, Won't Get Fooled Again, le morceau de bravoure de cet album et, accessoirement, l’une des chansons des Who que je préfère, un truc énorme et intemporel.
- Musicalement, le groupe est au top et tandis que Roger Daltrey, chanteur, selon moi, trop longtemps sous estimé, est tout bonnement excellent, c’est Pete Townshend qui sort son épingle de jeu en ayant l’idée de génie de diversifier le son du groupe par l’usage massif de synthétiseurs.
- Une pochette culte, bien sur, où l’on voit les membres des Who remonter leurs braguettes après avoir uriné contre un pilier – clin d’œil a 2001 et a Kubrick ?

Points Négatifs :
- Si Who’s Next est incontestablement le meilleur opus des Who, il y a tout de même quelques points faibles, quelques titres un peu en deçà, surtout vers le milieu de l’album qui commence pourtant très bien et finit encore mieux.
- Mouais, John Entwistle chanteur, ce n’est vraiment pas ça…

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...