dimanche 16 avril 2017

HELLBOY – LA MAIN DROITE DE LA MORT


HELLBOY – LA MAIN DROITE DE LA MORT

Hellboy est envoyé en Angleterre sous recommandation de Trevor Bruttenholm, auprès du club Osiris, qui souhaite que l'agent se débarrasse d'un dragon. Ils lui racontent alors la légende : une sorte de serpent géant qui pendant plus d'un millénaire a hanté les bois du Sussex, tuant animaux et humains passant à proximité, jusqu'au jour où un moine armé d'une épée est allé le vaincre. Malgré sa victoire, le religieux perdait du sang et quelques jours après, là où l'hémoglobine avait coulé, de magnifiques lys avaient poussé. Malheureusement, aujourd’hui le dragon semble de retour… d'où la demande auprès de Trevor de faire venir un spécialiste de ce genre d'affaires. Hellboy part donc sur place, armé d'une lance ayant appartenu au Comte de Warwick, qui avait vaincu par le passé son propre dragon. Rapidement, il tombe sur de nombreux lys auprès d'une statue à l'effigie du moine. Un mouvement proche se fait entendre et débarque alors la créature que les membres du club appellent un dragon : une sorte de crocodile croisé avec un serpent géant...


Hellboy – La Main droite de la Mort
Scénario : Mike Mignola
Dessins : Mike Mignola
Encrage : Mike Mignola
Couleurs : Dave Stewart
Couverture : Mike Mignola
Genre : Fantastique, Etrange, Aventure
Editeur : Dark Horse
Titre en vo : Hellboy – The Right Hand of Doom
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 29 janvier 2003
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Delcourt
Date de parution : 01 janvier 2004
Nombre de pages : 62

Liste des épisodes
Hellboy – The Nature of the Beast
Hellboy – King Vold
Hellboy – Heads
Hellboy – Goodbye, Mister Tod
Hellboy – The Vârcolac
Hellboy – The Right Hand of Doom

Mon avis : Comme ce fut le cas pour le troisième volet de la saga, La Main droite de la Mort n’est, en fait, qu’un recueil d’histoires courtes de Hellboy ; cependant, si son prédécesseur brillait par moments de par la qualité et la diversité de ses nouvelles, force est de constater que le contenu, ici, est bien moins engageant. Oh certes, dans l’ensemble, la lecture de ces courtes nouvelles ne sont pas déplaisantes en soit : la qualité générale de la série est toujours au rendez vous, Hellboy est un personnage qui ne laisse pas indifférent, quand aux dessins, force est de constater que Mike Mignola est toujours aussi bon et livre une prestation qui ravira les fans de son style particulier. Cependant, tout cela est court, terriblement court à bien y regarder et entre des nouvelles de quelques pages grand maximum et le fait qu’en plus, elles ne soient pas longues, il est difficile de ne pas être déçus par cet album qui aurait gagné à être un poil plus consistant. Cela est fort dommage car, du coup, et malgré pas mal de bonnes idées et une ambiance générale toujours aussi réussie, La Main droite de la Mort est la première grosse déception de la saga Hellboy : certes, le fan absolu y trouvera a boire et a manger, mais bon, même si j’apprécie grandement cette œuvre, a un moment donné, nous proposer un album aussi court, c’est un peu léger et j’attends avec impatience des histoires plus longues car bon, les nouvelles de huit pages, ça va un temps…


Points Positifs :
- Dans l’ensemble, toutes ces nouvelles sont plutôt bonnes et plaisantes à lire. De plus, elles sont assez diversifiées et entre la Norvège et le Japon en passant par la Grande-Bretagne ou les Carpates, le lecteur verra du pays…
- L’ambiance générale de l’univers de Hellboy, avec ce héros si particulier, ce mélange des genres franchement réussi et cet humour propre a la série qui ravira, bien entendu, les fans.
- Pour ce qui est des dessins, c’est du Mike Mignola au sommet de son art, donc, c’est du tout bon !

Points Négatifs :
- Malheureusement, tout cela est court, beaucoup trop court et sincèrement, des nouvelles de huit pages environ dans un album d’une soixante, cela fait un peu léger au final – heureusement que celui-ci soit moins cher, coté prix.
- Je n’ai rien contre les nouvelles de temps en temps, mais là, ça fait deux albums de suite que l’on se coltine uniquement composés de nouvelles courtes voir très courtes. A quand des récits un peu plus longs et, accessoirement, mieux structurés ?!
- Pour être tout a fait franc, a moins d’être un fan absolu de l’œuvre de Mignola ou un collectionneur indécrottable, La Main droite de la Mort n’est pas un indispensable.

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...