lundi 1 mai 2017

PAPER GIRLS – TOME 2


PAPER GIRLS – TOME 2

Juin 2016, il est presque 5 heures du matin lorsqu'Erin Tieng roule en direction de son boulot. En chemin, elle a sa sœur au téléphone, toutes les deux évoquent l'état de santé de leur mère. Soudain, sur la route, trois adolescentes se retrouvent dans la lumière de ses phares. L'une d'elle prend la parole. Elle dit s'appeler Erin Tieng, être livreuse de journaux et avoir besoin d'aide pour une de ses amies. La conductrice descend et ne comprend pas. C'est elle Erin ! Après quelques vérifications dont certains secrets que seule elle peut connaître, elle en déduit que l'adolescente n'est autre qu'elle-même et qu'elle vient du passé. L'adulte décide alors de les ramener chez elle et de réfléchir ensemble à la meilleure façon de trouver KJ. Là-bas, les trois paper girls hallucinent devant les progrès de la technologie. Alors qu'elles voient la télévision, un flash spécial annonce que des lumières aveuglantes se sont produites au dessus de la Terminal Tower. Les filles doivent se rendre au plus vite sur place...


Paper Girls – Tome 2
Scénario : Brian K. Vaughan
Dessins : Cliff Chiang
Encrage : Cliff Chiang
Couleurs : Matt Wilson
Couverture : Cliff Chiang
Genre : Aventure, Science-Fiction
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Paper Girls – Vol. 2
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 06 décembre 2016
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 17 mars 2017
Nombre de pages : 160

Liste des épisodes
Paper Girls 6-10

Mon avis : Sans atteindre les sommets narratifs d’un Saga, probablement l’un des meilleurs comics de ces dernières années, le premier volume de Paper Girls, œuvre du sieur Brian K. Vaughan avait sut attirer l’attention d’une frange du public, et ce, de par sa légèreté, son coté rétro assumé – encore et toujours les années 80 – et son inspiration qui rappelait aux plus agés d’entre nous des films comme Les Goonies. Alors bien entendu, dans ce second volume, l’effet de surprise est passé et le lecteur est désormais familier avec les protagonistes de cette histoire de science-fiction abracadabrantesque, retrouvant avec plaisir les quatre jeunes héroïnes, ou plutôt, trois d’entre elles puisque l’un des membres du casting brille par sa quasi-absence. A sa place, une autre version de l’une des jeunes filles, la Erin Tieng de 2016, car oui, nos jeunes filles se retrouvent propulsées dans leur futur, à notre époque, et la rencontre des deux Erin nous vaut quelques scènes plutôt amusantes. Le récit, lui, est sans surprise, c’est-à-dire que Vaughan nous entraine une fois de plus dans une intrigue où l’aventure s’écrit avec un a majuscule et où on ne s’ennui pas une seule seconde ; après, il faut reconnaitre que tout cela est plutôt léger et qu’il faut prendre Paper Girls pour ce qu’il est, c’est-à-dire, un divertissement sans prise de tête et qui ne révolutionnera en aucune façon le monde des comics, loin de là. Mais bon, comme on prend toujours autant plaisir a la lecture des péripéties de nos jeunes héroïnes, comme certaines scènes sont franchement loufoques – des tardigrades géants, il fallait oser – comme en plus, deux Erin ne suffisaient pas et qu’il y en a une troisième et que, par-dessus le marché, la jeune Mac saura nous émouvoir en apprenant une terrible nouvelle, pourquoi bouder son plaisir et ne pas profiter de cette sympathique série qu’est Paper Girls !?


Points Positifs :
- Une série qui ne paye pas de mine, sympathique et toujours aussi plaisante a lire. Il faut dire que Brian K. Vaughan maitrise plutôt bien son sujet et a sut nous pondre un BD qui sent bon les films d’aventures des années 80.
- Deux, non, trois versions de Erin, des Tardigrades géants, de l’aventure, de l’humour et même de l’émotion – il faut dire que ce qu’apprend Mac, ça marque les esprits !
- On quitte les années 80 pour basculer de plein pied en 2016 et la vision qu’on les jeunes héroïnes de notre époque est plutôt bien trouvée.
- Le style de Cliff Chiang peut paraitre simpliste de prime abord, pourtant, il colle plutôt bien a l’ambiance de l’ensemble.

Points Négatifs :
- Il faut reconnaitre que Paper Girls est avant toute chose un agréable divertissement et que cette BD ne révolutionnera en aucune façon la face des comics, loin de là. C’est léger, ça se lit bien, mais sans plus.
- Avec son inspiration très marquée années 80, Paper Girls en possède les qualités comme les défauts. Et puis, il risque de laisser de marbre un certain public qui ne possède pas les références pour ne pas avoir connu cette décennie.
- Les dessins de Cliff Chiang collent bien à l’ambiance de cette BD, cependant, ils risquent de ne pas plaire à tout le monde et certains les jugeront trop simpliste.
- L’effet de surprise des débuts est passé.

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...