samedi 17 juin 2017

L'ŒIL DE LA NUIT – AMI DU MYSTÈRE


L'ŒIL DE LA NUIT – AMI DU MYSTÈRE

Dans sa villa de Bourg-La-Reine, Théo Sainclair reçoit la visite en soirée de Jean de La Hire et d'Eve Ciserat, des amis avec qui l'accompagneront à la conférence du professeur Camille Flammarion se tenant à la Sorbonne. La foule a répondu présent et on note des invités célèbres comme Sacha Giutry, Gaston Leroux ou encore Maurice Leblanc. Jean est vite alpagué par les amateurs de son premier roman et perd donc de vue Théo et Eve. La présentation de Flammarion tourne autour d'une étrange momie qui serait depuis déjà deux générations étudiée par des scientifiques français et anglais d'exception. Sur le corps putréfié, il y a d'étranges bijoux montrant un combat entre des pieuvres et des vampires. Alors que tout le monde s'extasie devant cette découverte, la lumière s’éteint. Lorsqu'elle est rétablie, tous constatent que les bijoux ne sont plus sur la momie. Les policiers arrivent et entament la fouille des personnes présentes. Eve en est dispensée, car elle est la fille du ministre de la marine, et Théo également car il l'accompagne. Sainclair remarque en sortant que son homme de main, Corso, qui les avait accompagnés, se fait agresser ! Mais il a entendu ses agresseurs parler d'un rendez-vous sur les quais. Théo fonce sur les lieux...


L'œil de la nuit – Ami du mystère
Scénario : Serge Lehman
Dessins : Gess
Couleurs : Delf
Couverture : Benjamin Carré
Editeur : Delcourt
Genre : Fantastique, Etrange, Super-Héros
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 21 janvier 2015
Nombre de pages : 96

Mon avis : Indéniablement, s’il y a bien un album que j’aurai dut acheter depuis longtemps, c’est bel et bien ce premier volume de L’œil de la nuit, sorti il y a de cela plus d’un an et, surtout, œuvre du génial Serge Lehman, le créateur – mais faut-il le rappeler – de la cultissime Brigade Chimérique mais aussi de Metropolis dont, accessoirement, je vous ai proposer la critique du dernier tome il y a de cela quelques semaines. Car bon, comment dire, si depuis que j’ai découvert La Brigade Chimérique, il y a de cela quelques années, s’il y a bien un auteur français qui mérite d’être suivis, selon moi, c’est bel et bien Serge Lehman : ayant sut redonner parfaitement ses lettres de noblesse au genre feuilletonesque français d’avant guerre, ayant sut réconcilier le genre superhéroique avec le vieux continent, l’auteur, depuis la parution de son chef d’œuvre qu’est La Brigade Chimérique, ne cesse, au fil du temps, d’y revenir, complexifiant a chaque fois son univers original et coloré… ce fut déjà le cas avec le très bon L’homme truqué, c’est le cas, donc, avec cet Œil de la nuit, œuvre qui met en scène un certain Nyctalope, même si, par faute d’une histoire de droits, il ne faut plus l’appeler ainsi… Et ici, dans ce premier volume de cet Œil de la nuit et non pas de ce Nyctalope comme devait s’appeler cette série, Lehman, après avoir déjà utilisé, et de fort bel manière d’ailleurs, ce personnage dans les six volumes de La Brigade Chimérique et dans L’homme truqué, revient sur les origines de ce dernier : nous sommes donc a mille lieu du super héros autoproclamé protecteur de Paris, vieillissant et franchement egocentrique de celui qu’on avait découvert dans La Brigade pour découvrir un jeune homme peu sur de lui et avec, au passage, quelques petits soucis de santé. Ce choix de Lehman de revenir sur les origines de Théo Sainclair est on ne peut plus judicieux, celui étant, mine de rien, l’un des personnages les plus intéressants parmi tous ceux – et ils sont nombreux – qu’il met en scène dans ses œuvres depuis des années – et ce, même si on n’a plus le droit de l’appeler le Nyctalope. Bien évidement, aux dessins, on retrouve son compère, Gess et les fans seront bien entendu aux anges de retrouver le style de ce dernier, parfaitement identifiable avec ses airs de Mike Mignola : une fois de plus, le français livre une excellente prestation accessoirement mise en valeur par le coloriste, Delf. Alors bien si coté dessins, il n’y a strictement rien a redire, pour ce qui est du scénario, c’est du Lehman traditionnel ce qui, en soi, n’est absolument pas une critique : par là, j’entends que l’on retrouve la marque de fabrique du maitre, celui-ci aimant toujours autant manié avec plaisir personnages réels et imaginaires, multipliant les clins d’œil a d’autres œuvres de l’époque mais aussi aux faits historiques. Lehman, indéniablement, et un passionné et un connaisseur, et, ma foi, c’est tant mieux pour nous au vu du résultat final de ce premier volume de L’œil de la nuit, album plutôt prometteur pour la suite et qui lance parfaitement bien la série.


Points Positifs :
- Le plaisir de replonger dans l’univers de La Brigade Chimérique, avec, ici, les origines de l’un des personnages les plus ambigus de l’univers de Lehman, Théo Sainclair alias, le Nyctalope… euh, pardon, L’œil de la nuit.
- Un premier volume qui prend son temps pour développer son intrigue mais qui, mine de rien, fourmille déjà de multiples bonnes idées, de divers clins d’œil, et qui, forcément, promet énormément pour la suite.
- Les dessins de Gess, bien entendu, toujours aussi excellents.
- Une fois de plus, Lehman use de personnages réels et imaginaires, multiplie les références a d’autres œuvres de l’époque, un peu comme un certain… Alan Moore dans La Ligue des Gentlemen Extraordinaires – voir l’attaque martienne sur Londres comme dans La Guerre des Mondes.
- On connait enfin les origines des pouvoirs du Nyctalope… euh, de L’œil de la nuit.

Points Négatifs :
- Fichus problèmes de droits ! Je préférais Nyctalope a L’œil de la nuit…
- Même si pour une entrée en matière, celle-ci est très bonne, surtout lorsque l’on est familier de l’auteur et de son univers, Ami du mystère reste un premier album et il faudra lire la suite pour confirmation.
- Comme celui de Mignola, qui est proche, le style de Gess est tout de même particulier et pourrait déplaire à certains lecteurs. C’est dommage mais bon…

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...