samedi 1 juillet 2017

FABLES – LE DERNIER BASTION


FABLES – LE DERNIER BASTION

Chaque année, Blue Boy joue de la trompette à un moment très précis. Blanche Neige, qui range des dossiers, remarque cette musique et interroge son assistant. Le garçon avoue que cela remonte à l'époque où les Fables vivaient dans leurs royaumes. Les attaques des troupes de l'Adversaire avaient isolé les populations les forteresses étaient assiégées, sans pouvoir être ravitaillées. Mais une jeune cavalière parvint aux remparts, poursuivie par des archers gobelins. Blessée, la jeune femme est soignée par le docteur Greffon. Elle se dénomme Chaperon Rouge et dès sa rencontre avec Blue Boy, s'entend à merveille avec lui. Très vite, l'un tombe sous le charme de l'autre. Les armées de l'Adversaire arrivent peu après et devant leur nombre, un convoi emmenant femmes et enfants chez les communs est prévu...


Fables – Le dernier bastion
Scénario : Bill Willingham
Dessins : Linda Medley, P. Craig Russell, Mark Buckingham
Encrage : Steve Leialoha, Craig Hamilton
Couleurs : Lovern Kindzierski, Daniel Vozzo
Couverture : James Jean
Genre : Aventure, Conte, Féerie
Editeur : Vertigo Comics
Titre en vo : Fables - Vol 4
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 28 novembre 2004
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 24 août 2012
Nombre de pages : 168

Liste des épisodes
Fables 18-21
Fables – The Last Castle

Mon avis : Quatrième tome de cet excellent comics qu’est Fables et quatrième réussite incontestable pour une série que, je dois le reconnaitre, je connaissais fort mal pour ne pas dire a peine et qui se révèle être, au fil de mes lectures, tout simplement l’une des meilleures du genre qu’il m’a été donné de découvrir ces dernières années ! Il faut dire que le sieur Bill Willingham, en créant un univers a la fois original mais pas tant que ça – après tout, ce n’était pas forcément le premier à imaginer des personnages de contes de fées vivant au sein du monde normal – a réussi le pari, pas si évidant, de rendre celui-ci riche, vivant et oh combien attirant. Ainsi, depuis les débuts de Fables, il est fort plaisant de suivre les péripéties de tous ces protagonistes familiers mais vivant dans le monde moderne et qui nous réservent, a chaque fois, bien des surprises. Bien évidement, ce quatrième volume n’est pas en reste et, après un épisode sympathique et qui nous permet d’en apprendre davantage au sujet des lilliputiens, nous avons droit au gros morceau de cet album, je veux bien entendu parler du Dernier bastionThe Last Castle en anglais. Racontant la dernière bataille ayant eu lieu dans le royaume des Fables face aux troupes de l’Adversaire et comment, échappant au massacre, quelques uns ont réussi à fuir, Le dernier bastion, récit digne d’un Alamo ou d’un Légende, est une réussite incontestable qui captivera le lecteur avide de combats perdus d’avance. Bien évidement, celui-ci tombe plutôt à pic puisqu’il permet d’introduire un tout nouveau personnage, le Petit Chaperon Rouge, laissée pour morte lors du combat et qui, dans les épisodes de la série régulière, réapparait bien mystérieusement. D’ailleurs, notre ancien Grand Méchant Loup préféré doute d’entrée de jeu de ses intentions et en fait part a Blanche Neige, cette dernière, pour rappel, attendant un (ou plusieurs) enfants de lui suite aux événements du volume précédent. Ajoutons à cela notre indécrottable Prince Charmant en pleine campagne électorale, de mystérieux hommes en noir et de sombres prédictions apportées par un certain cochon a la tête coupée et vous comprendrez, aisément, pourquoi ce quatrième tome de Fables est, comme ses prédécesseurs, une réussite incontestable, tout bonnement !


Points Positifs :
- Digne d’un film comme Alamo, Le dernier bastion est le point d’orgue de cet album : un groupe de héros divers tenant un point stratégique face a des forces largement supérieures et qui est prêt a se faire massacrer jusqu’au dernier afin d’en sauver quelque uns, de hauts faits d’armes, des moments plus intimes, de la tristesse mais aussi quelques notes d’humour, ma foi, un récit oh combien captivant et tellement primordiale pour la suite !
- Relations parfois complexes entre personnages, ambiance toujours aussi prenante, des idées quasiment à chaque page et des intrigues qui nous tiennent en haleine de la première a la dernière page. Bref, c’est toujours aussi bon, scénaristiquement parlant.
- Le personnage du Petit Chaperon Rouge, apparemment œuvrant pour l’ennemi et plutôt intéressant en soit. Même si Bigby voit clair dans son jeu tout de suite.
- L’une des grandes forces de Fables, c’est que, pour le moment, tout est intéressant, ainsi, même l’épisode consacré aux lilliputiens et qui, il faut le reconnaitre, permet de souffler un peu en attendant le gros du morceau mérite le détour pour son coté sympathique.
- Pour ce qui est des dessins, Mark Buckingham réalise une prestation fort agréable dans les trois derniers épisodes.
- Encore une fois, une couverture superbe de la part de James Jean ; il faut dire que les couvertures de Fables, c’est un véritable régal !

Points Négatifs :
- Pour ce qui est des dessins, si le style de P. Craig Russell ravira certains mais pas les autres – dont je fais parti, non pas que cela soit mauvais mais je n’ai pas vraiment accroché – j’ai été plutôt dubitatif quant a la prestation de Linda Medley qui illustre l’épisode sur les lilliputiens…

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...