vendredi 7 juillet 2017

STARGATE


STARGATE

Le docteur Daniel Jackson est rejeté par la communauté des autres égyptologues en raison de ses théories controversées sur la fonction des pyramides d'Égypte qui seraient des lieux d'atterrissage de vaisseaux spatiaux. Cependant, à la sortie d'une conférence, il est recruté par Catherine Langford pour travailler sur un projet secret de l’armée américaine. Arrivé dans la base de Creek Mountain, il découvre une dalle mise au jour en 1928 à Gizeh, en Égypte, puis en traduit les écritures du cercle intérieur. Après des recherches infructueuses, il trouve finalement que six des autres symboles sont des constellations servant de coordonnées pour un emplacement dans l'espace et le septième serait un point d'origine. L’armée lui révèle alors l’existence de la porte des étoiles trouvée sous la dalle qu'il étudiait. Daniel trouve alors le septième symbole sur la porte et la composition de l'adresse est alors lancée. Le vortex formé, un robot est envoyé à travers, les données renvoyées montrent que l'atmosphère est respirable et que les symboles de la porte d'arrivée sont différents. Le général West, convaincu par Daniel qui dit être capable de trouver les coordonnées de retour, accepte le principe d'une mission d'exploration. Le colonel Jack O'Neil, Daniel Jackson et une équipe de militaires sont envoyés sur la planète grâce à la porte des étoiles.


Stargate
Réalisation : Roland Emmerich
Scénario : Roland Emmerich et Dean Devlin
Musique : David Arnold
Production : StudioCanal, Centropolis Film Productions et Carolco Pictures
Genre : Science-Fiction
Titre en vo : Stargate
Pays d'origine : États-Unis, France
Langue d'origine : anglais, norvégien, suédois, égyptien ancien
Date de sortie : 28 octobre 1994
Durée : 121 mn

Casting :
Kurt Russell : Colonel Jonathan « Jack » O'Neil
James Spader : Dr Daniel Jackson
Jaye Davidson :
Mili Avital : Sha'uri
John Diehl : Lieutenant Charles Kawalsky
Erick Avari : Kasuf
Carlos Lauchu : Anubis
Djimon Hounsou : Horus
Viveca Lindfors : Catherine Langford
Alexis Cruz : Skaara
Leon Rippy : Général W.O. West
French Stewart : Lieutenant Ferretti
Gianin Loffler : Nabeh
Christopher John Fields : Lieutenant Freeman
Derek Webster : Lieutenant Brown
Jack Moore : Lieutenant Reilly
Steve Giannelli : Lieutenant Porro
Cecil Hoffman : Sarah O'Neil
Rae Allen : Dr Barbara Shore
Richard Kind : Dr Gary Meyers
John Storey : Mitch
Lee Taylor-Allan : Jenny
Kelly Vint : Catherine Langford
Erik Holland : Professeur Langford
Dax Biagas : Râ (jeune)
Frank Welker : Mastadge (voix)

Mon avis : Revoir 10000, dont je vous ai parlé hier sur ce blog, m’aura donné envie de me replonger dans une œuvre plus ancienne et, accessoirement, plus réussie de Roland Emmerich, je veux bien évidement parler de Stargate, connue également sous le nom de La Porte des Étoiles lors de sa sortie en France, il y a de cela un peu plus de deux décennies. Car avant d’être une série télé, Stargate SG1 qui connu un succès certain au tournant des années 2000 – au point même d’avoir droit a des séries annexes comme Atlantis – il faut se rappeler que Stargate fut avant toute chose un film de science-fiction et, par ailleurs, loin d’être aussi mauvais que certains peuvent encore le dire de nos jours. Alors certes, ce n’est pas un chef d’œuvre et, par ailleurs, on peut, d’entrée de jeu, pointer du doigt quelques facilitées scénaristiques plutôt navrantes comme cet américanisme primaire – ah, les petits gars de l’Oncle Sam qui s’en vont rendre la liberté a une peuplade lointaine qui est sous le jouc d’un tyran – cet égyptologue tellement doué, le Dr Jackson, qu’il traduit n’importe quel texte ou peut converser avec des individus a l’autre bout de l’univers, individus qui, par ailleurs, n’ont pas le droit de savoir lire mais dont l’une d’entre elle le sait quand même un peu, voir même, histoire d’enfoncer le clou, les troupes de Râ, franchement faméliques et dont on se demande comment elles ont put maintenir un peuple sous sa domination pendant des millénaires ?! Mais bon, en dehors de tous ces défauts qui empêchent Stargate d’être un grand film, comment ne pas lui reconnaitre tout un tas de qualités qui en font tout de même un bon film ? Déjà, pour son postulat de départ, qui ravira les amateurs de paléocontact et qui, ici, et contrairement a 10000, fonctionne plutôt bien : les fameux dieux égyptiens n’étant que des extraterrestres allant de planète en planète par le biais de Portes des Etoiles, asservissant les locaux. Ensuite, pour son intrigue qui sans révolutionner le genre, reste tout de même un fort bon divertissement surtout que certaines scènes, certaines idées, sont loin d’être inintéressantes. Et puis, pour finir, il y a Râ, le grand méchant du jour, interprété par le singulier Jaye Davidson, créature androgyne et charismatique en diable et qui, avouons le, est pour beaucoup dans le succès du film. Bref, avec du recul et sans nier ses défauts, il apparait que ce Stargate s’avère être un assez bon film de science-fiction qui ravira les amateurs du genre. Bien sur, il n’est pas parfait, mais bon, quelque part, vu que son univers assez riche inspira une série qui connu le succès pendant bien des années, il est évidant que ce film mérite tout de même le coup d’œil, ne serais-ce que pour voir un Roland Emmerich, pour une fois, plus ou moins inspiré… et pour Râ !


Points Positifs :
- Une intrigue loin d’être exceptionnelle mais qui n’en reste pas moins plaisante a regarder et qui possède quelques bonnes idées qui plairont aux amateurs du genre. Stargate est avant toute chose un agréable divertissement, sans prise de tête, ce qui n’a rien de désobligeant.
- Un postulat de départ qui, en liant la civilisation égyptienne aux extraterrestres, rappellera bien des souvenirs aux amateurs de paléocontact qui connaissent fort bien la théorie des anciens astronautes.
- Si dans l’ensemble, le casting est plutôt de qualité, force est de constater que c’est Jaye Davidson, dans le rôle de Râ, qui marque le plus les esprits : créature androgyne et charismatique, notre pharaon alien est nettement au dessus des sympathiques Kurt Russell et James Spader.
- Décors, effets spéciaux, costumes des dieux égyptiens, bande original, mine de rien, Stargate possède quelques petits atouts.

Points Négatifs :
- Un nombre trop importants de petits défauts et de lieux communs, familier du genre, qui empêchent Stargate d’être un grand film.
- Qu’est ce qu’il est doué le Dr Jackson ! Il déchiffre n’importe quelle inscription sur lequel butent les meilleurs spécialistes, il réussi a communiqué avec des individus dont les ancêtres, quelques milliers d’années auparavant, ont vécu dans l’Egypte antique et dont la langue, pour rappel, a forcément évoluée.
- Un américanisme traditionnel dans ce genre de films et oppressant par moments : d’ailleurs, l’idée général qu’il en ressort et que les petits gars de chez l’Oncle Sam sont toujours prêts a libérer de l’oppression n’importe quel peuple victime d’un quelconque tyran, y compris a l’autre bout de l’univers.
- Elles ne sont pas très nombreuses les troupes de Râ, au point que l’on se demande comment ils tenaient en respect la population locale.
- Les locaux n’ont pas le droit de lire et écrire depuis des milliers d’années, or, la copine de Jackson connait ses bases, comme quoi, logique quant tu nous tiens…

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...