mardi 12 septembre 2017

LES ANNALES DU DISQUE-MONDE – TROIS SŒURCIERES


LES ANNALES DU DISQUE-MONDE – TROIS SŒURCIERES

Le vent, l'orage et les éclairs... Tout cela dans l'horreur d'une profonde nuit. Une de ces nuits, peut-être, où les dieux manipulent les hommes comme des pions sur l'échiquier du destin. Au cœur des éléments déchaînés luisait un feu, telle la folie dans l'œil d'une fouine. Il éclairait trois silhouettes voûtées. Tandis que bouillonnait le chaudron, une voix effrayante criailla : « Quand nous revoyons-nous, toutes les trois ? » Une autre voix, plus naturelle, répondit : « Ben, moi j'peux mardi prochain. » Rois, nains, bandits, démons, héritiers du trône, bouffons, trolls, usurpateurs, fantômes, tous sont au rendez-vous. Shakespeare n'en aurait pas rêvé autant. Ou peut-être que si ? Mais l'avantage du roman par rapport au théâtre, c'est que l'on peut s'autoriser beaucoup, beaucoup plus de personnages. Et même le ravitaillement en vol d'un balai de sorcière !


Les Annales du Disque-Monde – Trois Sœurcières
Auteur : Terry Pratchett
Type d'ouvrage : Fantasy Burlesque
Première Parution : 10 novembre 1988
Edition Française : 12 mars 2011
Titre en vo : Wyrd Sisters
Pays d’origine : Grande-Bretagne
Langue d’origine : Anglais
Traduction : Patrick Couton
Editeur : Pocket
Nombre de pages : 287

Mon avis : Et nous voila déjà au sixième volume des Annales du Disque-Monde et, décidément, je ne m'en lasse pas le moins du monde. Cette fois ci, nous retrouvons un personnage que l'on avait perdu de vu depuis le troisième volume, La Huitième Fille, je veux bien évidement parler de la sorcière Mémé Ciredutemps que j’avais tant aimé dans son rôle de mentor a contre cœur de la petite Eske. Mystérieuse, orgueilleuse et fière, nous retrouvons donc Mémé égale a elle même, mais cette fois ci, elle n'est pas venue toute seule, deux de ses collègues font leur apparition dans ce qui restera comme la première aventure officielle des trois sorcières de Lancre : Nounou Ogg et Magrat Goussedail (rien que les noms...) La première pourrait a priori paraître pour la sorcière type, vieille, ridée, le visage remplie de verrues avec vieux et gras matou comme fidèle compagnon, si ce n'était son goût immodéré pour l'alcool et pour les plaisirs de la chair qui lui ont donné une fort nombreuse descendance. La deuxième est bien plus jeune, pas vraiment gâtée par la nature et ne jure que par les ouvrages de sorcellerie, rêvant de communion avec la nature, de sabbats tout en étant... car cela se passe comme ça dans le Disque-Monde, d'un grand romantisme. Les présentations étant faites, que va-t-il donc bien pouvoir arriver a nos trois Sœurcières ? Et bien, vous avez lu Macbeth ? Si oui, vous voyez ou nous mène l' histoire, sinon, disons que l'on va se retrouvez en plein drame Shakespearien, l'humour en plus : Entre un Roi assassiné et qui se met a hanté son château (mais il n'est pas le premier, loin de la), un usurpateur schizophrène, une reine manipulatrice et détestable, un héritier mis a l' abris par nos héroïnes, une troupe de théâtre ambulant, un Nain, des dagues, une couronne, un Fou, tellement triste de son sort et amoureux avec, derrière tout ceci, le pays, le Royaume de Lancre qui décidément, n'est pas contant du tout, il y a vraiment de quoi faire ! Et n'oublions pas nos Sœurcières, surtout pas ! Avec tout ce matériel a sa disposition, que nous a pondu (si je me permets l’expression) Terry Pratchett ? Tout simplement un magnifique chef d’œuvre d'humour et un fort bel hommage au plus grand auteur de tous les temps : William Shakespeare. Franchement, ce livre est excellent, on se plaît à le parcourir et a exploser de rire, tant son humour est le bienvenu et bien intégrer a une histoire bien construite et passionnante. Cette fois ci, plus d'hésitations, de petites imperfections, et si les volumes précédant des Annales du Disque-Monde avaient mis la barre très haut, Trois Sœurcières franchit celle-ci somptueusement et il est presque impossible de le lâcher tant que l’on n’est pas arrivé au bout. Je pourrais vous parler pendant des heures de l'histoire, de vous détailler les emprunts a t'elle œuvre, de vous citer les passages les plus drôles, mais cela serait, a mes yeux, vous gâcher le plaisir de le découvrir par vous même. N'hésitez pas une seule seconde, Trois Sœurcières mérite amplement le coup, et c'est au fil des volumes que je comprends petit à petit ce que représente réellement la longue saga du Disque-Monde dans la littérature Fantastique (mais parodique). Ah, et encore, je ne vous ais pas parler de la chanson du hérisson de Nounou Ogg... mais ceci est une autre histoire…


Points Positifs :
- Le premier chef d’œuvre de Terry Pratchett, incontestablement ! Il faut dire que ce premier ouvrage mettant en scène les trois Sorcières de Lancre est une pure merveille d’humour, un petit bijou bourré de références au théâtre et un roman captivant de la première à la dernière page. Bref, une réussite !
- Si l’on connaissait déjà Mémé Ciredutemps, l’arrivée de Nounou Ogg et de Magrat est un plus indéniable et ce trio de sorcières devient, immédiatement, un incontournable de la saga.
- Trois Sœurcières est un formidable hommage au théâtre et, surtout, a William Shakespeare. Ainsi, les connaisseurs reconnaitront aisément les multiples références qui parsèment cet ouvrage.
- Incontestablement, cet ouvrage est le plus drôle depuis le début de la saga et, par ailleurs, un des plus réussis.

Points Négatifs :
- Si vous ne connaissez pas l’univers du théâtre, Shakespeare, alors, vous passerez a coté de la plupart des références, ce qui serait dommage.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...