dimanche 19 novembre 2017

NARCOS – SAISON 1


NARCOS – SAISON 1

À la fin des années 1970, les États-Unis et la Colombie se lancent dans une lutte acharnée contre le cartel de drogue de Medellín. Steve Murphy, jeune agent de la DEA fait son possible pour faire tomber Pablo Escobar et ses hommes, malgré l'importante corruption policière qui gangrène la Colombie. Cette lutte se mêle à celle des États-Unis contre le communisme et à de nombreux autres intérêts politiques.


Narcos – Saison 1
Réalisation : José Padilha
Scénario : Chris Brancato
Musique : Pedro Bromfman, Rodrigo Amarante
Production : Netflix
Genre : Drame, Policier, Thriller
Titre en vo : Narcos – Season 1
Pays d’origine : États-Unis, Colombie
Chaîne d’origine : Netflix
Diffusion d’origine : 28 août 2015
Langue d'origine : anglais, espagnol
Nombre d’épisodes : 10 x 52 minutes

Casting :
Wagner Moura : Pablo Escobar
Boyd Holbrook : Steve Murphy
Pedro Pascal : Javier Peña
Joanna Christie : Connie Murphy
Juan Pablo Raba : Gustavo Gaviria
Maurice Compte : Horacio Carrillo
Diego Cataño : Juan Diego « La Quica » Díaz
Jorge A. Jiménez : Roberto « Poison » Ramos
Paulina Gaitán : Tata Escobar
Paulina García : Hermilda Gaviria
Stephanie Sigman : Valeria Vélez
Bruno Bichir : Fernando Duque
Raúl Méndez : César Gaviria
Manolo Cardona : Eduardo Sandoval
Julián Díaz : El Negro ou « Blackie » (né Nelson Hernández)
Juan Sebastián Calero : Navegante
Jon-Michael Ecker : El León
Alberto Ammann : Hélmer « Pacho » Herrera
Richard T. Jones : CIA Officier
Cristina Umaña : Judy Moncada
Patrick St. Esprit : Colonel Lou Wysession
Luis Guzmán : Gonzalo Rodríguez Gacha
Juan Riedinger : Carlos Lehder
André Mattos : Jorge Ochoa
Roberto Urbina : Fabio Ochoa
Ana de la Reguera : Elisa Álvarez
Danielle Kennedy : Ambassadeur Noonan
Thaddeus Phillips : Agent Owen
Ariel Sierra : Sureshot
Carolina Gaitán : Marta Ochoa
Laura Perico : Marina Ochoa
Vera Mercado : Ana Gaviria

Mon avis : Je dois reconnaitre que j’ai longtemps été réticent avant de me décider a regarder Narcos, célèbre série de Netflix qui mettait en scène la vie et la traque de celui qui restera sans nul doute a jamais comme étant le plus grand trafiquant de cocaïne de l’histoire, je veux bien évidement parler de Pedro Escobar. La raison ? Tout simplement parce que je n’ai jamais été fan de ce genre d’œuvres qui mettent en vedette des gangsters, que je n’ai jamais compris comment on peut s’extasier pour les faits d’armes d’individus qui ont semer mort et destruction autour d’eux, et ce, uniquement pour satisfaire leur besoin d’argent et de puissance. Pourtant, d’un autre coté, ce que Narcos avait de bien, c’est qu’il s’agissait avant toute chose d’une œuvre historique – malgré quelques libertés prises ici et là et une ou deux inexactitudes – et comme je suis suffisamment âgé pour avoir connu cette période, comme je me souvenais parfaitement des événements qui ensanglantaient la Colombie dans les années 80/90 et comme le nom d’Escobar m’était plus que familier, je me suis dit, pourquoi pas !? Oui, pourquoi pas surtout que les critiques, lues un peu partout étaient pour le moins excellentes pour la plupart ?! Eh ma foi, je dois reconnaitre que si j’ai longtemps hésité avant de me plonger dans Narcos, dès les premiers épisodes de cette première saison – qui reviennent sur la montée en puissance puis le radicalisme du sieur Escobar dans sa guerre contre le gouvernement colombien – j’ai été conquis, et sincèrement, pas qu’un peu : ainsi, dès le générique qui abonde d’images d’archives et ma foi superbe, de l’excellente idée de Netflix de faire parler la plupart des protagonistes en espagnol – ce qui est logique mais peut évidant, surtout pour le public nord-américain, très réticent pour ce qui est des sous-titres – mais aussi les acteurs, pour la plupart, sud-américains et qui ressemblent terriblement aux divers figures historiques qu’ils interprètent jusqu’à une intrigue qui, sans faux-fuyants, nous montre la réalité de l’époque et ne glorifie, en aucune façon, ce que fut un individu comme Pablo Escobar, c’est-à-dire, un homme qui certes, pouvait aider les plus pauvres et qui était un bon père de famille, mais qui, a coté de cela, n’était qu’un vulgaire assassin prêt a tuer n’importe qui, a commettre des attentats, a tuer des juges, des politiques et a faire sauter un avion, sans oublier, au passage, sacrifier ses propres hommes, bref, un sacré salopard de la pire espèce… intelligent, certes, terriblement doué et inventif, je ne le nie pas, mais un salaud, indéniablement ! Alors bien entendu, Narcos est une série dure, très dure même et d’une violence extrême, mais bon, quand on connait un tant soit peu le contexte colombien de l’époque, les liens entre mafieux, révolutionnaires d’extrême gauche, politiciens et policiers véreux, comment s’en étonner ? Terriblement captivante, cette première saison l’est indéniablement et nous prouve une fois de plus que Netflix possède décidément le chic pour nous pondre, ici et là, des œuvres de très grande qualité, car si le cas Escobar avait, d’entrée de jeu, de quoi attirer le spectateur, le traitement de fond, superbe, est indéniable et est a mettre au crédit des créateurs de la série qui, sur ce coup là, ont fait fort, très fort même !


Points Positifs :
- Une reconstitution historique de grande qualité et ce, en traitant d’une période – la guerre contre les narcotrafiquants colombiens – et d’une figure – Pablo Escobar – qui aura indéniablement marqué ma génération. Ainsi, pour ceux et celles qui suivaient l’actualité a l’époque, regarder Narcos, c’est comme replonger dans sa jeunesse, se souvenir de certains attentats, de ce pays, la Colombie, a feu et a sang, et de ces trafiquants, tellement puissants qu’ils semblaient intouchables.
- Un casting tout simplement excellent : ainsi, ces acteurs qui, pour beaucoup, ressemblent énormément aux rôles qu’ils interprètent apportent indéniablement un plus a la crédibilité de la série.
- Une mention spéciale au brésilien Wagner Moura tout simplement parfait en Pablo Escobar ; et dire qu’il a prit du poids et appris l’espagnol pour son rôle, chapeau bas !
- Le choix fort judicieux de faire parler la plupart des protagonistes en espagnol, ce qui est logique vu où se déroule l’intrigue mais pas évidant vu que Narcos est une série nord-américaine. Quoi qu’il en soit, cela apporte une touche d’authenticité.
- Dix épisodes qui se regardent, que dis-je, qui se dégustent avec un plaisir certain, et ce, que l’on soit ou pas amateur du genre.
- En dehors de quelques indécrottables demeurés, il est clair que Narcos ne nous présente nullement un Escobar et les autres narcos comme étant des individus attachants et auquel on a envie de ressembler, loin de là, d’ailleurs, rien n’est occulté de ce que ces tristes sires étaient capables de faire…
- Le générique, tout simplement parfait : entre la musique et les images d’archives, c’est un pur régal !

Points Négatifs :
- L’amateur d’histoire regrettera les quelques libertés prises ici et là sur la réalité historique de même que quelques coquilles plus ou moins excusables. Mais bon, dans l’ensemble, celle-ci sont mineures, ce qui est louable.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...