lundi 18 mars 2013

BLAKE ET MORTIMER – LA MARQUE JAUNE



LES AVENTURES DE BLAKE ET MORTIMER – LA MARQUE JAUNE

Dans la nuit pluvieuse londonienne un mystérieux criminel commet une série de cambriolages spectaculaires signés avec la lettre grecque μ entourée d'un cercle dessiné à la craie jaune. Cette série culmine par le vol de la couronne royale dans la Tour de Londres. Nul ne peut arrêter ce personnage insaisissable, capable d'assommer les gens sans les toucher. Blake est alors chargé par le MI5 d'aider l'inspecteur-chef Glenn Kendall de Scotland Yard à résoudre cette affaire, ce qui ne l'empêche pas de passer une agréable soirée avec ses amis (Mortimer, Leslie Macomber, rédacteur en chef du Daily Mail, Sir Hugh Calvin, juge, le Professeur Raymond Vernay, médecin et le Professeur Jonathan Septimus, psychiatre) au Centaur Club. Le soir même, Vernay est enlevé, puis c'est au tour de Macomber. Il ne fait alors aucun doute que Calvin et Septimus sont les prochaines cibles ; ils disparaissent eux aussi malgré la protection de la police.

Depuis le début de cette année, j’ai décidé de me lancer dans la découverte de l’une des bande dessinées de l’univers dit franco-belge, parmi les plus célèbres, je veux bien évidement parler de l’œuvre cultissime du regretté Edgar P. Jacobs, Les aventures de Blake et Mortimer. Ainsi, en février dernier, je vous avais proposé sur ce même blog les critiques des deux premières aventures du duo britannique, Le secret de l’Espadon (en trois tomes) et Le mystère de la grande pyramide (celui-ci, en deux tomes). Etant alors un parfait néophyte en la matière, c’était donc, de fait, tout un univers que je découvrais, au fil de la lecture de ces premiers tomes de cette grande saga, et si, je dois avouer que j’ai eu bien du mal avec les deux tiers du Secret de l’Espadon, qui avaient, de mon point de vu, plutôt mal vieillis, la suite m’était apparue bien plus enthousiasmante et même si tout n’était peut etre pas parfait, je ne pouvais que m’incliner devant une qualité qui elle, était indubitablement au rendez-vous, surtout pour ce qui est du Mystère de la grande pyramide, que je n’hésitais pas à comparer aux meilleurs Tintin, tout bonnement ! Et donc, comme j’avais débuté la lecture de cette œuvre, je ne pouvais pas m’arrêter en si bon chemin puisque, empruntant les albums à ma médiathèque, je n’avais pas, ici, l’excuse d’etre en manque de liquidités pour parfaire mon avancée dans la saga – hum, qui a dit Thorgal ou quelques autres ? Alors, cette fois ci, et comme je disposais de deux semaines de congés devant moi, ce ne fut pas trois ou deux albums que j’ai emprunter, mais tout bonnement quatre, dont deux, dont je vais vous parler aujourd’hui, m’ont accompagner pendant mon séjour de la semaine passée à Rome.


Tout néophyte que j’étais, il est indéniable que si, avant de me plonger dans la lecture des Aventures de Blake et Mortimer, il y avait un album que je connaissais déjà, c’était bel et bien cette Marque jaune ; oh, bien entendu, pas par son contenu, mais sa couverture, son titre m’étaient tout aussi familiers, voire plus, que bon nombre d’autres œuvres, et ce, depuis toujours ou presque. Il faut dire, pour expliquer cela, que pour bon nombre de fans du duo britannique, La marque jaune est souvent considérée comme étant le tout meilleur album de la saga, du moins, c’est l’avis qui revient le plus souvent, alors, forcément, même si vous n’y connaissez rien, comme c’était mon cas il n’y a pas si longtemps encore, celui-ci, tellement mis en avant sur le net, la presse ou les rayons, ne pouvait que vous etre familier. Mais alors, et tandis que j’étais encore plus qu’enthousiasmer par la lecture du Mystère de la grande pyramide, la lecture de cet album est-il venu confirmer tout le bien que l’on dit de lui depuis plus d’un demi-siècle ? Hum, disons que je suis un peu mitigé…

Je ne vais pas vous mentir, La marque jaune est un très bon album, sur ce point, il n’y a strictement rien à dire : tant graphiquement que scénaristiquement, la patte de Jacobs se fait sentir et force est de constater que la qualité est bel et bien au rendez-vous, du coup, vous redire tout le bien de ce que je pense de la saga en général me semble superflu. Non, pour moi, le problème est tout autre, et d’ailleurs, c’est davantage une affaire de gouts qu’autre chose : en effet, si j’avais autant apprécié Le mystère de la grande pyramide, c’était avant toute chose pour son dépaysement, son exotisme, son coté mystérieux où l’on sentait planer la marque de l’ancienne Egypte. Or, dans la Marque jaune, l’aventure, pour la première fois condensée en un seul album, ce qui est une première, le scénario est, finalement, beaucoup plus terre à terre ; oh, je sais, j’entends déjà les spécialistes de Jacobs hurler aux loups en m’affirmant que nous avons tout de même là du contrôle mental, mais bon, franchement, pour moi, les choses ne sont pas comparables. Du coup, d’un album que j’ai trouvé tout bonnement génial, je suis passé à un fort bon album, je ne le nie pas, mais qui est avant toute chose une enquête policière dont l’action se déroule a… Londres. Oh, certes, je n’ai rien contre la capitale britannique et puis, comment ne pas reconnaitre que celle-ci est superbement retranscrite dans les planches de cet album. Mais bon, pour moi, le Londres des années 50, ce n’est pas l’Egypte, et puis bon, je suis désolé mais entre des pyramides, d’anciens secrets égyptiens et des trésors cachés et un savant fou qui, pour se venger, en manipule un autre, bah, il n’y a pas photo. Jugement injuste et partisan ? J’en conviens, mais, comme je vous le disais, ici, c’est une affaire de gouts qui priment avant toute autre considération.


Mais alors, je ne l’ai pas apprécié cette Marque jaune ? Eh bien, disons que malgré le fait que je reconnaisse que l’histoire se tient, que les dessins soient de fort bonne qualité et que souvent, l’action est au rendez-vous, je m’étais fait, avant coup, une telle montagne de cet album qu’au final, il n’a peut-être pas accouché d’une sourie, mais bon, il n’en était pas loin. Alors oui, je sais qu’en affirmant cela, je ne me ferais probablement pas des amis, mais bon, que voulez-vous, déjà, je pense que je survivrais a cet état de fait, ensuite, ce n’est qu’un avis personnel et celui-ci ne prime aucunement sur les autres et est encore moins parole d’évangile, et puis… oh bah vous savez, les gouts et les couleurs… Par contre, si dans le fond, il n’y a rien à redire sur le travail minutieux et précis du sieur Jacobs, comment celui-ci a-t-il été capable de laisser passer une aussi grosse boulette : à la fin de l'album, le vilain de l’histoire explique à Mortimer qu'il a rencontré celui qu'il ne sait pas être le colonel Olrik errant dans le désert et l'a ramené à Londres « avant la guerre ». Or les événements qui ont conduit Olrik à perdre la raison, racontés dans Le Mystère de la grande pyramide, sont postérieurs à la guerre en question, racontée dans Le Secret de l'Espadon. Notre vilain précise pourtant avoir eu Olrik comme serviteur durant ce conflit mondial, dont le colonel était un des principaux protagonistes !? Franchement, tout bonnement inimaginable pour ne pas dire impardonnable !

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...