mardi 16 avril 2013

HEROES



HEROES

David Bowie, 1977

1 – Beauty and the Beast (Bowie) 3:32
2 – Joe the Lion (Bowie) 3:05
3 – Heroes (Bowie, Eno) 6:07
4 – Sons of the Silent Age (Bowie) 3:15
5 – Blackout (Bowie) 3:50
6 – V-2 Schneider (Bowie) 3:10
7 – Sense of Doubt (Bowie) 3:57
8 – Moss Garden (Bowie, Eno) 5:03
9 – Neuköln (Bowie, Eno) 4:34
10 – The Secret Life of Arabia (Bowie, Eno, Alomar) 3:46


Ceux qui me connaissent personnellement, ou qui, pour trainer depuis longtemps sur ce blog, on put voir, au vu de mes publications, ce que sont mes gouts, savent parfaitement que j’éprouve, depuis bien des années, une admiration sans borne pour ce monument de la musique anglo-saxonne de la fin du vingtième siècle, pour ce génie souvent imité, jamais égalé, ce précurseur qui, tout au long de sa longue, très longue carrier, toucha a bien des genres différents – certains diront, mesquinement, qu’il vampirisait d’autres artistes autrement plus doués, une affaire de gouts probablement – mais qui, en toute franchise, malgré la reconnaissance du milieu et quelques succès par ci par là, ne fut jamais une star incontestable comme quelques autres, ce chanteur/auteur/compositeur/musicien britannique qui, alors qu’on le donnait pour mort, et après des années d’absence et de mystère l’entourant, nous pondit, à la surprise générale, en ce début d’année, un nouvel album, celui que l’on surnomma, au fil des décennies, le Major Tom, Ziggy ou the Thin white duc, je veux bien évidement parler de… David Bowie ! Le seul, l’unique David Robert Jones, l’homme aux yeux vairons et, accessoirement, mon musicien et chanteur préféré !


Et donc, curieusement, alors que le sieur Bowie occupe une place tellement importante dans ma vie (avec les Beatles, les Stones, Neil Young, Brian Eno, Led Zeppelin, Roxy Music, le Velvet Underground et tant d’autres), cela faisait un sacré bout de temps que je ne vous proposais pas, sur ce blog, une critique de l’un de ses, nombreux, albums ; la faute, bien entendu, et comme je vous l’ai déjà dit à quelques reprises, au fait que ces dernières années, la musique à occuper une place bien moins importante qu’autrefois, que je n’ai plus trop le temps, hélas, d’écouter des albums dans leurs intégralités et que, du coup, l’occasion de vous proposer des critiques se fait plutôt rare. Mais bon, en cette année 2013, j’avais pris de nouvelles résolutions au sujet de la chose musicale et, pour le moment, je m’en tiens plus ou moins bien même si, je le reconnais, il n’y a pas de quoi sauter au plafond – un disque par mois chroniquer sur ce blog, ce n’est pas l’exploit du siècle non plus. Enfin bon, c’est un mieux en comparaison de ces dernières années et, surtout, cela m’a permis de vous proposer, en ce jour, l’un des plus grands disques du sieur Bowie, le légendaire Heroes !

Il y a de cela deux ans, à quelques jours prêts, je vous avais parlé ici même du premier volet de la célèbre trilogie berlinoise, le non moins légendaire Low, avec sa pochette orangée, bien entendu, mais aussi et surtout, avec ce son venu d’ailleurs, ses courtes chansons pour le moins singulières et ses longs instrumentaux littéralement aux antipodes de ce que nous avait fait David Bowie jusqu’alors, faisant entrer celui-ci, et accessoirement, la musique, dans une nouvelle ère, celle qui dominera la fin des années 70 et une bonne partie de la décennie suivante. A la manette de ce pur chef d’œuvre, deux hommes principalement : Bowie, bien entendu, mais aussi le fantasque Brian Eno, l’ex trublion de Roxy Music qui depuis, nous pondait de curieux albums que l’on pouvait sans peine qualifier d’ovnis musicaux et qui, dans l’ombre, allait de plus en plus prendre d’importance dans la scène musical britannique puis mondiale. Et la rencontre de ses deux individus, franchement barrés chacun dans leurs parties, mais aussi et surtout, avides de nouveautés et d’expériences musicales, allait donc accoucher, tout d’abord, de Low, un disque qui horrifia la maison de disque du mince duc blanc, déjà passablement secouée par le morbide mais génial Station to Station, puis, ensuite, car il est temps après ce très long préambule d’y arriver, du disque qui nous préoccupe aujourd’hui : Heroes !

Pour la petite histoire, Heroes fut le seul album de la prétendue trilogie berlinoise qui fut, effectivement, enregistrer à Berlin, accessoirement, à quelques pas du fameux Mur (qui ne dira pas grand-chose aux plus jeunes d’entre vous mais qui, pour ceux de ma génération, était une réalité), ce qui, d’entrée de jeu, pose l’ambiance de la chose. Pourtant, et si pour ce qui est de cette fameuse trilogie, Lodger est effectivement à part, on ne peut pas dire que Low soit franchement différent : disons plutôt que par « trilogie berlinoise », l’on affirme surtout le retour aux sources de Bowie, intérêt pour la musique européenne et plus particulièrement électronique dont le fer de lance était, bien entendu, Kraftwerk. Cela étant dit, car ce ne sont que de simples considérations sans importance, recentrons nous sur l’album à proprement parler : ce que l’on constate, lors de la première écoute, c’est que Heroes est à la fois très semblable mais également plutôt différent que son prédécesseur, Low. Déjà, structurellement, les deux albums sont très proches avec une première face de chansons et une seconde d’instrumentaux (plus ou moins, c’est ça) ; ensuite, d’un point de vu musical, Heroes est, comme il fallait s’y attendre dans la ligné de son prédécesseur, et certains titres présents sur l’un des albums auraient pu, parfaitement, se retrouver sur l’autre. Mais, comme je vous l’avais signalé, les différences sont nombreuses, avec, déjà, des chansons plus conformes avec l’idée que l’on peut se faire de la chose au lieu et place des petites vignettes musicales, mais qui me plaisaient tant, de Low ; ensuite, et ce n’est pas rien, l’arrivée d’un troisième larron qui vient compléter le duo Bowie/Eno, le guitariste Robert Fripp, échappé de King Crimson et complice de l’ancien de Roxy Music qui, avec son indéniable talent de guitariste, mais aussi et surtout, par son gout, lui aussi, pour l’expérimentation musicale, vient apporter la touche finale à la structure sonore de cet album. Bowie, Eno et Fripp, la rencontre de ces trois hommes, à la fois tellement proches et différents, apporte à Heroes sa structure, ce son fait de guitares distordues et de synthés triomphants (mais qui se contentent de rester à leur place, chose que beaucoup d’autres n’auront jamais compris), et où plane, au-dessus de tout cela, l’inimitable et enchanteresse voie d’un Bowie, plus héroïque que jamais.

Bien évidemment, il y aurait moult choses à dire et à redire sur cet album comme, pour ne parler que de la plus évidente, la chanson éponyme : Heroes. A elle seule, cet hymne à l’amour qui nous parle de deux amants qui s’embrassent près du Mur de Berlin (en fait, le producteur Tony Visconti et sa maitresse, la choriste Antonia Maass), mériterait presque un billet à elle toute seule tellement cette chanson est tout bonnement grandiose : point d’orgue de l’opus, avec son mur du son et ses accents héroïques, Heroes est incontestablement l’une des plus grandes chansons de David Bowie, mais aussi, l’une des plus connues. Mais Heroes, l’album, pas la chanson, c’est aussi la seconde face, qui, comme ce fut le cas avec Low, est quasiment intégralement instrumentale et qui nous fait naviguer dans cette vieille Europe décidément toujours aussi fascinante, et puis, histoire que l’on comprenne bien que le mince duc blanc sait remercier ceux qui l’inspirent, n’oublions pas le sublime V-2 Schneider, hommage à l’un des fondateurs de Kraftwerk, groupe qui l’avait tant marquer et dont je vous ai déjà parler ici, avec la critique de The Man Machine. Quasi parfait de bout en bout (je ne peux m’empêcher de titiller quant à la présence du sympathique mais limiter The Secret Life of Arabia qui clôt l’album alors que celui-ci aurait mieux fait de se clore sur un instrumental), Heroes est un très grand album de Bowie et, indéniablement, l’un de ses meilleurs, et ce, même si ce n’est pas mon préféré – ah, je préfère Low et puis, comment oublier Station to Station – même si dire cela est plus que relatif. Un album grandiose, que tout amateur de musique digne de ce nom se doit d’écouter au moins une fois dans sa vie et qui, pour la petite histoire, et pour rappeler surtout que, décidément, avec notre brave Bowie, les choses ne furent pas toujours simples, ne connut pas des ventes exceptionnelles en soit… mais bon, qu’importe la chose : après tout, les plus grosses ventes ne sont pas forcément les albums qui resteront dans l’histoire de la musique, quand a Heroes, sa place y est depuis bien longtemps…

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...