dimanche 12 novembre 2017

HAUTEVILLE HOUSE – JACK TUPPER


HAUTEVILLE HOUSE – JACK TUPPER

Fin de l’été 1865. Un dirigeable est amarré sur une des tours du port de l’île de Guernesey. Les militaires républicains n’ont eu aucune compassion. Gavroche, Hugo, Miss Zelda, Nadar, Georges, Eglantine, tous sont en quarantaine dans cette prison volante, de peur qu’ils n’aient contracté la peste lors de leur dernière mission, qui retentit encore comme un échec flagrant. Corned-beef et petits pois anglais tous les jours, tout ce petit monde va craquer ! C’est alors que se produit l’impensable : un avis de tempête de force 12 oblige les militaires à briser cette quarantaine deux jours avant la fin. Direction Hauteville House, où tout le monde va reprendre ses quartiers. Miss Zelda, en tant qu’espionne américaine, doit néanmoins rester à la surface : pas question qu’elle apprenne par cœur les plans de la base souterraine des républicains. Alors que le vent s’est déjà levé et que la pluie commence à prendre ses droits, un homme torpille est lancé depuis un bateau-forteresse qui a jeté l’ancre au large de Guernesey…


Hauteville House – Jack Tupper
Scénario : Fred Duval
Dessins : Thierry Gioux, Christophe Quet
Couleurs : Carole Beau
Couverture : Manchu, Thierry Gioux
Editeur : Delcourt
Genre : Aventure, Steampunk
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 04 décembre 2013
Nombre de pages : 54

Mon avis : Dixième tome de Hauteville House, donc, qu’est ce Jack Tupper et, accessoirement, début d’un tout nouveau cycle, le troisième pour être plus précis. Le néophyte, qui ne connait nullement la série, pourrait être pour le moins dubitatif devant ce constat, surtout que, l’expérience aidant, les bandes dessinées européennes a rallonge, cela n’a franchement jamais été un gage de qualité, le contraire étant souvent exact. Pourtant, malgré des hauts et quelques bas, malgré le fait, indéniable, que Hauteville House ne sera jamais une grande série, il apparait grandement, au fil des volumes, que cette série de Fred Duval est non seulement sympathique mais aussi, et cela a son importance, fort plaisante. Certes, dans le genre divertissant, avant tout, mais ce genre d’œuvres méritent également qu’on les mette a l’honneur, surtout lorsque c’est mérité, comme c’est le cas ici. Et donc, après dix tomes et deux cycles qui, ma foi, m’auront fait passer de très bons moments, il apparait, d’entrée de jeu, que ce troisième cycle de la saga débute fort bien, et ce, d’une manière auquel on ne s’attendait nullement puisque ce Jack Tupper est un huit-clos, mais un bon, que dis-je, un très bon même ! Ainsi, en partant du postulat que nos héros, suite au final du volume précédant – où, pour rappel, une peste frappe le nord des Etats-Unis ce qui entraine la victoire des Confédérés – se retrouvent mis en quarantaine, l’intrigue nous entraine dans la demeure de Victor Hugo, la fameuse Hauteville House, et ne la quittera jamais, le huit-clos étant renforcé par une impressionnante tempête, une bonne dose de paranoïa mais aussi, par l’intervention d’un homme de l’Empire en mission dans le quartier général des Républicains. L’intrigue est franchement rudement menée et on ne s’ennuie pas une seconde, surtout que, au passage, Fred Duval en profite pour nous en apprendre davantage au sujet de la demeure du sieur Hugo. Bref, une petite réussite, donc, que ce Jack Tupper et, par la force des choses, un troisième cycle qui démarre sur les chapeaux de roues, ce, même si, pour le moment, on ne sait pas trop où tout cela va nous mener…


Points Positifs :
- On aurait put douter de l’intérêt d’un troisième cycle, or, dès les premières pages, c’est avec un certain plaisir que l’on retrouve des personnages et un univers auquel on s’est habitués et qui sont toujours aussi plaisants.
- Un excellent huit-clos que ce Jack Tupper car même si le genre est toujours casse-gueule, ici, Fred Duval s’en sort a merveille et réussi à nous tenir en haleine de la première a la dernière page.
- Même si pour le moment, on ne possède pas énormément d’éléments sur les enjeux de ce troisième cycle – une histoire de portes qui permettent de se téléporter en plusieurs points du globe – on est tout de suite happés par l’intrigue et on a rapidement envie d’en savoir davantage.
- On en apprend pas mal sur la demeure de Victor Hugo, la fameuse Hauteville House, sur ses origines, la disposition des pièces, etc.
- Même si Thierry Gioux possède bon nombre de détracteurs de par son style peu conventionnel, les fans de l’artiste le retrouveront néanmoins avec plaisir, surtout que, depuis le temps, celui-ci est indissociable de la série.

Points Négatifs :
- Il est tout de même dommage que la couverture ne brille pas par son excellence, bien au contraire ; d’ailleurs, c’est l’un des soucis avec cette BD qui possède soit des couvertures magnifiques soit franchement bof.
- Le cas Thierry Gioux, encore et toujours, qui possède un style très clivant et qui fait que, soit on aime, soit on déteste.
- J’aurais aimé en savoir davantage sur le sort des événements ayant eu lieu en Amérique du Nord et qui a entrainer la victoire des Confédérés, mais bon, nul doute qu’on en saura plus par la suite.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...